Primo-accédants : quel est le bon moment pour acheter son premier appartement ?

Vous avez enfin décidé de sauter le pas pour investir dans l’immobilier et devenir propriétaire pour la première fois ?

Quelle que soit la raison qui vous pousse à concrétiser votre projet, vous devez vous poser certaines questions avant d’entamer votre démarche. C’est essentiel pour prendre les bonnes décisions.

Primo accédant : mais de qui s'agit-il ?

Vous devez avant tout bien cerner ce qu’est le statut de primo-accédant.

La définition du statut de primo-accédant

En principe, le primo-accédant est un particulier qui accède à la propriété pour la première fois. Il faut néanmoins préciser que ce statut concerne aussi d’autres catégories d’acquéreurs.
Important
Ces derniers sont des acheteurs qui n’ont pas été propriétaire de leur résidence principale durant les 24 derniers mois, c’est-à-dire :
  • les acheteurs qui ont déjà été propriétaires, mais ont dû renoncer à leur propriété et vivre en location, ou bien être hébergés à titre gratuit.

  • les acheteurs qui sont locataires de leur résidence principale, mais propriétaires d’une résidence secondaire.

Primo-accédant et prêt immobilier

Pour financer votre acquisition, vous disposez de différentes solutions. Si vous avez eu la possibilité de mettre de l’argent de côté, vous pouvez utiliser vos épargnes pour concrétiser votre projet.

Mais il arrive que vous n’ayez pas eu la possibilité de réaliser des économies ou que vos épargnes ne suffisent pas à financer la maison de votre rêve. Dans ce cas, vous pouvez souscrire à un prêt immobilier.

En tant que primo-accédant, la souscription d’un crédit immobilier peut être une option de choix pour financer l’acquisition. Toutefois, cette solution ne présente pas que des avantages.

Attention

En effet, l’achat immobilier génère plusieurs frais annexes (frais d’agence, frais de notaire, etc.). Il en est de même pour l’opération de prêt immobilier.

L’accumulation de toutes ces dépenses fait augmenter le coût total de l’acquisition du bien.

La réalisation d’une simulation de prêt immobilier devient alors indispensable. Cette opération vous permet d’avoir une idée plus ou moins précise du montant total du prêt à souscrire.

Vous devez savoir que le coût global d’un crédit immobilier prend en compte plusieurs éléments, dont :

  • le montant du capital emprunté

  • le taux immobilier

  • la durée du prêt

A-t-on des avantages en étant primo-accédant ?

En tant que primo-accédant, vous pouvez prétendre à de nombreuses aides à l’acquisition au logement. Et vis-à-vis de la banque prêteuse, sachez que vous pouvez avoir un bon profil emprunteur.

Quelles aides sont proposées au primo-accédant ?

Sous certaines conditions, l’État et les collectivités prévoient des aides et des subventions au profit des primo-accédants.

Le prêt à taux zéro (PTZ)

Le PTZ est exclusivement destiné aux primo-accédants. Ce type de prêt immobilier leur permet de souscrire à un crédit sans intérêt.

Bon à savoir

Il est cumulable avec le prêt immobilier classique et d’autres aides à l’accession au logement.

Le prêt action logement (PAL)

Le PAL s’adresse aux salariés d’entreprise privée non agricole de moins de 10 personnes. Grâce à ce dispositif, vous pouvez souscrire à un crédit entre 7 000 et 25 000 €, et bénéficier d’un taux préférentiel variant de 0 à 1 %.

Le prêt d’accession sociale (PAS)

Le prêt d’accession sociale a l’avantage de pouvoir couvrir votre achat immobilier à 100 %. Soumis à un taux fixe ou révisable, il dure entre 5 et 35 ans.

Les aides des collectivités (régions, départements et communes)

Les collectivités proposent également des subventions et aides sous différentes formes pour aider la population locale à acquérir un logement. Tous les renseignements sont disponibles auprès de votre mairie.

Un avantage fiscal

Pour les primo-accédants, la TVA applicable lors de l’achat d’un bien immobilier neuf est fixée à 5,5 % au lieu de 20 %.

De la recherche du bien au crédit
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !

Votre profil intéresse les banques

Pour les banques, les emprunteurs n’ont pas les mêmes profils. Elles privilégient les profils à fort potentiel comme les primo-accédants. En effet, ces derniers sont généralement peu endettés.

Ils ont également accès aux aides et aux subventions de l’État et des collectivités.

Exemple

En souscrivant à un PTZ, ils peuvent s’en servir comme apport personnel pour un prêt principal.

Par ailleurs, les primo-accédants sont souvent jeunes : la banque estime donc que vos salaires vont augmenter avec le temps, que vous allez avoir besoin de plus de comptes et de produits (comptes épargne, assurance-vie, etc). Selon leur politique commerciale, elles vont donc faire des efforts supplémentaires pour vous attirer chez elles.

Quel est le bon moment pour acheter son premier appartement ?

Vous vous dites que c’est le moment d’effectuer un achat immobilier ? Mais êtes-vous prêt pour cela ?

Pouvez-vous financer l'apport ?

Dans le cadre d’un prêt immobilier, les banques exigent généralement un apport personnel. Ce dernier représente la somme d’argent que vous devez injecter au prêt pour le compléter. Il peut constituer 5 à 10 % du coût total de l’emprunt.

Pour couvrir cette somme, vous pouvez utiliser vos épargnes. À défaut, vous avez la possibilité de prétendre aux aides et aux subventions proposées par le régime obligatoire.

Il est important de préciser que l’apport personnel peut servir à couvrir les frais annexes liés au crédit immobilier.

Le saviez-vous ?
Certaines banques acceptent d’accorder des prêts immobiliers sans apport.

Cependant, vous devez vous attendre à un taux immobilier assez élevé.

Pouvez-vous supporter la dette ?

Vous ne pourrez pas emprunter si votre taux d’endettement dépasse les 33 %. Cela implique que vos mensualités ne doivent pas dépasser le tiers de vos revenus mensuels.

A savoir

Cette règle n’est pas inscrite dans la loi, mais correspond à des recommandations désormais inscrites dans les usages.

Cette règle vise à vous protéger, à vous permettre de rembourser votre prêt sans devoir trop vous serrer la ceinture… et à éviter les défauts de paiement.

Plusieurs plateformes en ligne proposent des outils gratuits vous permettant d’évaluer votre capacité d’emprunt, c’est-à-dire le montant maximum que vous pouvez emprunter à la banque en fonction de vos salaires et de vos charges.

La question est donc de savoir si vous avez la capacité de financer le bien qui vous fait rêver.

Exemple

Vous rêvez d’acheter un appartement de 50 m².

Vous souhaitez acheter à Paris et avez besoin d’emprunter 500 000 €.

En faisant une simulation sur 25 ans, la mensualité est de 2 080 €. Vous devez donc avoir un salaire mensuel net de l’ordre de 6 300 €.

Vous souhaitez acheter à Lille et avez besoin d’emprunter 160 000 €.

En faisant une simulation sur 25 ans, la mensualité est de 665 €. Vous devez donc avoir un salaire mensuel net de l’ordre de 2 000 €.

Il faut donc trouver un équilibre entre ce que vous souhaitez acheter, les critères essentiels pour vous, le prix du bien en conséquence, et votre capacité d’endettement.

Acheter ou louer, comment choisir ?

Selon l’Insee, presque la moitié des foyers français vivent dans leur résidence principale. Cela implique que les particuliers s’intéressent autant à l’achat immobilier qu’à la location.

Devenir propriétaire coûte cher : en plus du prix du bien, il faut compter les frais supplémentaires (notaires et garantie), le coût du crédit… mais également les charges de propriétaires ! Taxe d’habitation, taxe foncière, entretien du bien etc.

La question est donc de savoir si le fait d’acheter vous revient moins cher que la location, mais surtout à partir de quand.

Exemple

Si vous savez que vous allez quitter votre ville actuelle dans 2 ans, acheter vous coûtera probablement plus cher que la location.

Pour prendre la bonne décision, vous devez comparer les charges générées par l’achat immobilier et la location. Pour cela, il est indispensable de considérer vos ressources et autres charges fixes.

A retenir
  • La question est avant tout de déterminer ce dont vous avez envie. En fonction de votre situation, vous ne vous tournerez pas vers les mêmes méthodes de financement.

  • Votre situation financière est bien entendue primordiale : prenez le temps de mettre vos finances à plat en anticipant les dépenses liées à la propriété.

  • Il se peut que la location soit plus avantageuse pour vous. N'hésitez pas à faire un comparatif !

Mis à jour le 12 novembre 2020
avatar
Lauriane Potin
Content Manager
Sur le même sujet

Le calcul de la surface privative de votre bien immobilier : quand s'impose-t-il et comment réaliser le métrage selon la loi Carrez, Pretto vous dit tout