1. Accueil
  2. Offre achat
  3. Négociation immobilière
  4. Comment négocier le prix d'un bien immobilier ?
  1. Accueil
  2. Offre achat
  3. Négociation immobilière
  4. Comment négocier le prix d'un bien immobilier ?

Comment négocier le prix d'un bien immobilier ?

avatar
Sarah Aissani
Mis à jour le 14 déc. 2021
Comment négocier le prix d'un bien immobilier ?
En recherche d’un bien à acheter, vous avez peut-être repéré la perle rare, mais à un tarif supérieur à votre budget ? N’y renoncez pas tout de suite, car vous avez probablement une marge de négociation sur le prix.
Si vous souhaitez vous lancer dans une négociation pour votre offre d'achat, il est important de savoir sur quels critères vous pourrez vous appuyer pour faire baisser le prix. Vous devrez aussi vous faire une idée de l’étendue de votre marge de négociation, c'est-à-dire de la différence entre le prix affiché au départ, et le prix de vente que vous pouvez réellement obtenir.

Dans cet article, on va vous expliquer comment déterminer ces deux points, et négocier au mieux le prix de votre futur bien immobilier.

Tenez compte du marché local et des prix pratiqués pour négocier votre achat immobilier

En général, un vendeur va proposer un prix d’achat un peu supérieur au montant minimal auquel il est prêt à le vendre : à vous d’essayer de trouver la marge de négociation entre ce montant minimal et le montant affiché.

Pour cela, vous pouvez tout d’abord essayer de déterminer si le bien est surcôté ou non. Un bien surcôté est un bien qui est mis en vente à prix supérieur à des biens aux caractéristiques similaires, et dont le prix de vente est donc supérieur au prix de marché.

Votre premier travail est donc de faire une étude de marché : recherchez en ligne ou dans des agences des offres de biens assez similaires et vérifiez où se situe le prix affiché du bien que vous convoitez par rapport à celui de ces autres logements. Référez vous surtout au marché local, afin d’avoir une vision réaliste de l’état du marché là où vous êtes.

Faites ce travail bien en amont de la négociation, cela donnera plus de poids à vos arguments. Vous pouvez vous aider dans vos recherches d'achat immobilier achat immobilier avec l'application Pretto Search.
Pretto Search
L'agrégateur d'annonces immobilières qui rend plus simple et efficace votre recherche de bien.
Téléchargez l'application sur App Store,l'App Store
Téléchargez l'application sur Google Play Store,le Google Play Store

Servez-vous de la date de mise en vente pour négocier le prix du bien

Un autre point auquel vous devez être attentif est la date de mise en vente du logement. Un logement mis en vente depuis 3 mois ou plus est plus susceptible de voir son prix baisser. En effet, s’il est disponible sur le marché depuis longtemps, c’est probablement que le prix proposé par le vendeur est trop élevé par rapport au bien, ou que celui-ci comporte des défauts.

Cela peut aussi signifier que le marché est moins actif, surtout si vous voyez plusieurs offres d’appartement similaires en vente depuis longtemps. En tant qu’acheteur, votre rapport de force avec le vendeur devient alors meilleur car cela signifie que les acheteurs potentiels sont plus rares.

Dans tous les cas, le vendeur sera probablement plus pressé de vendre le bien, ce qui signifie qu’il sera probablement prêt à baisser le prix pour avoir de meilleures chances de le vendre.

Mettez en avant tous les défauts du bien

Un bien comportant des défauts peut justifier une négociation sur le prix : en effet, un certain nombre de “points noirs” peuvent être des arguments valides pour demander une baisse du prix. Étudiez soigneusement le bien lors de la visite, pour voir sur quoi vous pouvez vous appuyer : pour un appartement au rez-de-chaussée ou orienté au Nord, y a-t-il par exemple un manque de luminosité ? Pour un appartement à un étage haut, manque-t-il un ascenseur ?

D’autres points vous paraissent-il être des désavantages notables, comme par exemple un bien à côté d’une voie de chemin de fer, d’un cimetière, dans un environnement bruyant, ou face à une zone constructible ? Enfin, vous pouvez aussi vous appuyer sur d’autres arguments comme des charges de copropriété trop élevées.

Évaluez les potentiels travaux à prévoir

Toujours dans le domaine des défauts de l’appartement, vous pouvez aussi tenter d’identifier des problèmes nécessitant des travaux. Appuyez-vous en priorité sur les travaux liés à la sécurité du logement, et qui seraient donc absolument nécessaires, plutôt que sur les travaux liés au confort, moins indispensables.

Pour cela, lisez soigneusement le DDT (dossiers de diagnostiques techniques) qui réunit tous les diagnostics immobiliers obligatoires. Détectez dans le DPE (diagnostic de performance énergétique) les problèmes d’isolation et de chauffage nécessitant des mises aux normes, et indiqués par des étiquettes F ou G. Prêtez aussi attention au diagnostic amiante par exemple, qui peut indiquer l’obligation de réaliser des travaux à court terme.

De manière générale, repérez les indices de mauvais état global du bien, qui demanderaient des travaux avant l’installation. Dans un second temps, faites établir par des artisans des devis correspondant aux travaux qui vous semblent nécessaires, afin d’avoir des arguments chiffrés lorsque vous présenterez votre demande d’offre de prix à la baisse.

Pour aller plus loin : Estimer le coût de ses travaux

Préparez vos arguments

Une fois que vous aurez étudié ces principaux aspects, intéressez-vous au principe-même de la négociation immobilière. Le point principal est que vous avez tout intérêt à ne pas dévoiler tout de suite le prix d’achat jusqu’auquel vous êtes prêt à aller.

Commencez par proposer un prix d’achat inférieur à votre prix maximum. Cela donnera éventuellement au vendeur la possibilité de faire une contre-proposition à mi-chemin entre le prix que vous proposez et le prix initialement affiché. Si vous avez visé juste, cela correspondra à un prix inférieur ou égal au montant maximum que vous êtes prêt à dépenser.

Néanmoins, gardez en tête qu’un autre principe important de la négociation immobilière est de rester cohérent et raisonnable. Si vous avez surestimé votre marge de négociation, ou si vous optez pour une proposition trop basse, et qu’il y a d’autres acheteurs potentiels prêts à faire une meilleure offre, le bien risque fort de vous passer sous le nez.

Vous pouvez envisager une négociation agressive en proposant un prix très bas, mais seulement à condition d’avoir des arguments solides et un rapport de force fortement en votre faveur. Si ces conditions ne sont pas réunies, à vous donc de savoir trouver un juste milieu permettant à votre négociation d’aboutir positivement.

A retenir
  • Un acheteur potentiel a en général une marge de négociation du prix de vente, il faut repérer les indices permettant de l’estimer correctement.

  • Etudiez le marché local et les biens similaires pour détecter une éventuelle surcôte

  • Repérez les bien en vente depuis longtemps et que les vendeurs pourraient avoir envie de vendre plus rapidement quitte à faire une concession sur le prix

  • Évaluez les défauts du bien ainsi que les travaux à prévoir

  • Préparez vos arguments à l’avance, et sachez proposer un prix juste. La négociation agressive peut être envisagée mais sera plus risquée.