Témoignages clients : top 4 des conseils pour réussir son achat immobilier

Témoignages clients : top 4 des conseils pour réussir son achat immobilier

Lors d’une vente immobilière, le choix de l’acquéreur constitue une étape cruciale pour le vendeur. En tant qu’acheteur, vous devez ainsi mettre toutes les chances de votre côté afin que votre profil soit perçu de façon favorable.

Pour cela, il est donc nécessaire de se munir d'un dossier de financement solide. Vous devez absolument garantir la fiabilité de votre projet, à travers l’attestation de financement par exemple !

Dans cet article, vous retrouverez quelques conseils issus d’échanges que nous avons eus avec des personnes ayant effectué une vente récemment. L’objectif est de vous permettre de vous préparer au mieux en mettant à votre disposition les points de vue de deux vendeurs quant aux choix de leurs futurs acquéreurs.

réussir son achat immobilier

On vous partage les témoignages de Jérôme et François !

1. Le choix de l’acheteur, une étape plus que déterminante

Il faut garder en tête que pour le vendeur, le choix du futur acquérir constitue une étape assez cruciale. Ainsi, les profils sont minutieusement étudiés et différents critères sont pris en compte, comme François nous l’explique.

"La finançabilité joue un rôle plus qu’important puisque, lors des visites, un couple d’acheteurs avait déjà des documents de leur banque attestant qu’ils étaient capable d’acheter au-delà même du prix l’offre. Tout s’est fait assez rapidement puisque ces personnes ont fait la visite un Jeudi et ils m’ont fait une offre, que j’ai d’ailleurs acceptée, le Dimanche. Cela a été assez fluide puisque ces personnes étaient en mesure de garantir leur capacité de financement dès le début."

Hormis ce critère financier, d’autres aspects peuvent entrer en jeu. Par exemple, le fait de pouvoir s’identifier aux futurs acquéreurs.

"On a décidé de vendre à un couple de cadres trentenaires, qui nous ressemblait assez finalement. Cela a été assez rassurant pour nous de léguer un bien dans lequel nous avions beaucoup de beaux souvenirs à des personnes qui étaient un peu comme nous !"

Vous l’aurez compris, la finançabilité représente tout de même le critère de décision principal pour le vendeur, on vous conseille donc d’avoir une attestation de finançabilité dès la première visite. Si un bien vous intéresse et que vous vous y projetez déjà, vous pourrez prouver votre solvabilité au vendeur et faire une proposition directement !

2. Ce qu’il faut éviter en tant qu’acheteur potentiel

Vous devez absolument avoir en tête que le vendeur sera aussi très regardant quant à votre situation professionnelle, mais pas que. François vous éclaire à ce sujet.

"Si j’étais confronté à deux étudiants souhaitant acheter mon bien, je me serais dit qu’il s’agissait de profils risqués et peu rassurants. J’aurais donc naturellement été moins enclin à accepter l’offre si ces derniers ne sont pas en mesure de garantir leur capacité de financement !"

"Il faut aussi rester très vigilant car on peut être amenés à recevoir des offres d’achats écrites assez alléchantes mais il faut absolument garder en tête qu’il est tout à fait possible pour des acquéreurs de se rétracter sans frais s’ils changent d’avis, ce qui représenterait pour nous une perte de temps non négligeable."

Enfin, Jérôme et François s’accordent pour nous dire que cela reste propre à chacun et qu’il n’existe pas vraiment de critères standards pouvant être à l’origine du refus d’une offre d’achat !

Comme le confirme Jérôme :

"Nous n’avions pas réellement de critères prédéfinis, nous avons fait notre choix en fonction des profils d’acquéreurs qui nous ont été proposés"

3. Le choix de la proposition de prix

Afin de garantir la rentabilité de la vente, les vendeurs ont tendance à fixer un prix légèrement plus élevé que les prix du marché tout en restant ouvert aux négociations. Cela leur permet ainsi d’avoir une certaine marge de manœuvre. Jérôme s’est beaucoup appuyé sur son agent immobilier pour déterminer le prix du bien.

"On était accompagné par un expert avec qui on avait une très bonne relation, on lui faisait entièrement confiance. Il nous a donc beaucoup conseillés. On a donc fixé au départ un prix plus élevé que ceux du marché afin de voir s’il y aurait tout de même des visites à ce prix. Il était donc prévu que le bien ne se vende pas au prix annoncé au départ puisque nous étions ouvert aux négociations !"

De son côté, François, qui n’a pas fait appel à un agent immobilier pour la vente, a lui aussi proposé un prix supérieur à ceux sur le marché au départ.

"J’ai décidé de mettre sur l’annonce le prix de 390 000 euros tout en étant ouvert aux négociations. Ce prix a été fixé en fonction du prix qui aurait été fixé par une agent, cela signifie que ce prix de 390 000 comprend les frais d’agence. Finalement, les acheteurs nous ont fait une offre à 380 000 euros à laquelle nous avons fait une contre offre à 385 000 euros qui a été acceptée."

Afin de favoriser l’acceptation de votre proposition d’achat, vous devez absolument être en mesure de garantir que vous êtes en capacité d’acheter au prix annoncé, voire même au delà. Vous devez avoir en tête que même si les vendeurs sont généralement ouverts à la négociation, attention à ne pas faire proposition trop basse !

Petite information : La négociation d’un achat immobilier est dans la coutume en France, n’hésitez donc pas à négocier le prix qui vous sera proposé.

Gardez cependant en tête que négocier cela revient, par ailleurs, à prendre le risque que le bien vous passe sous le nez si vous êtes plusieurs à être intéressés.

4. Faire appel à un professionnel de l’immobilier : quelles conséquences pour vous ?

Lors d’une vente, il est possible pour le vendeur de faire appel à une agence immobilière où de se charger lui-même de la vente en toute autonomie. Selon son choix, en tant qu’acheteur vous serez plus ou moins amené à échanger directement avec lui. Cela n’a pas réellement d’incidence sur sa décision finale !

Nos deux interlocuteurs ont vécu deux expériences différentes. François a décidé de mener son projet de vente en toute autonomie.

"Comme une agence immobilière prend environ 5 % du prix de vente, on a trouvé ça un peu cher et avons donc décidé de publier nous-même les annonces et d’effectuer les visites. Cela représente des économies non négligeables et on a été très satisfaits puisque l’on a réussi à vendre en une semaine quasiment. Il faut savoir qu’au départ, on s’était donné un délai d’une semaine, on avait organisé 13 visites sur une journée et on s’était dit que si cela prenait plus de temps, on allait éventuellement penser à passer par une agence !"

Jérôme a quant à lui fait le choix de passer par une agence immobilière pour la vente de son bien.

"J’ai décidé de passer par une agence immobilière et je ne regrette pas ce choix, finalement. J’ai fait le choix de déléguer la vente à des professionnels afin de rechercher des profils sérieux, de publier les annonces sur les plateformes dédiées et d’organiser les visites. Cela représente une réelle plus-value puisque cela nous a permis de gagner du temps de façon considérable, en plus d’avoir pu bénéficier du fichier client de l’agent qui nous a déniché un panel d’acquéreurs potentiels sérieux."

Si vous pensez par une agence, pensez notamment à demander la délivrance d’un compromis de vente : cela vous permettra de rassurer le vendeur en attestant de votre bonne foi. Ainsi, que vous soyez en relation avec un agent immobilier ou avec le vendeur directement, la finalité reste la même, c’est votre dossier de financement ainsi que vos garanties qui feront la différence !

Mis à jour le 5 mai 2021
Partagez l'article
avatar
Content Manager
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !
cover Pretto