Post-confinement : 7 choses qui ont changé dans le secteur immobilier

Post-confinement : 7 choses qui ont changé dans le secteur immobilier

Vous faites peut-être partie de ces Français à avoir franchi le cap de l’achat immobilier en 2020 malgré la crise du Covid-19. D’après le bilan du marché de l’immobilier français en 2020 émis par les Notaires du Grand Paris, 990 000 transactions ont été enregistrées fin septembre. Mais pour d’autres, l’année a semblé longue et pleine d’incertitudes.

Cependant, le marché de l’immobilier en ce début d'année 2021 semble bien mieux parti qu'en 2020. Augmentation du taux d’endettement maximum autorisé, PTZ reconduit... Pretto vous liste les 7 choses qui ont changé après ces quelques mois de confinement.

1.Un processus d'achat immobilier presque 100 % digital

Si on vous avait dit il y a un an que votre premier rendez-vous avec votre agent immobilier se déroulerait en visio, vous y auriez cru ? Nous non plus ! Pourtant, malgré la pandémie, les Français ont souhaité poursuivre leurs rêves de devenir propriétaires.

Un enjeu de taille auquel les professionnels de l’immobilier n'avaient, au premier abord, pas anticipé. A titre d’exemple, lors du 1er confinement en mars 2020, 60 % des banques étaient à l’arrêt. Difficile d’accéder à la propriété dans ces conditions !

Mais contrairement à d’autres secteurs d’activité, l’immobilier a su tirer parti de la digitalisation. Ainsi, les agences immobilières ont accéléré le pas sur les visites virtuelles et la signature du compromis de vente peut s’effectuer à distance par procuration. Les banques ont su mettre en place des processus à distance pour traiter les dossiers. Et depuis le 20 novembre 2020, la signature de l’acte notarié par comparution à distance devient pérenne et encadrée par un décret. Ainsi, il est possible d’échanger avec son notaire 100  à distance.

En savoir plus
D’après les dernières restrictions du gouvernement, les visites physiques sont autorisées sous conditions. Vous devez cependant vous munir de l’attestation en vigueur et cocher la case correspondante.

Acheter oui, mais comment trouver votre financement ?

Réaliser un achat immobilier est un engagement financier et les démarches avec votre banque peuvent très souvent sembler fastidieuses. D’après une étude Opinion Way en 2020, 40 % des Français en recherche de financement avaient fait appel à un courtier immobilier, soit 3 % de plus qu’en 2019. Même si le courtier physique fait l’unanimité (28 %), faire appel à un courtier en ligne se développe peu à peu (12 %). Cette augmentation montre l’intérêt croissant des Français à passer par des services en ligne.

2.Alerte HCSF, le taux d’endettement maximum passe de 33 % à 35 % !

Bonne nouvelle, le HCSF (Haut Conseil de Stabilité Financière) a choisi d’assouplir les conditions d’octroi de crédit depuis décembre 2020. Avec un taux d’endettement maximum de 35 % (contre 33 % en 2020) et une durée maximale de 27 ans (25 ans en 2020) pour un investissement dans le neuf en 2021, plus de 60 000 ménages pourraient de nouveau remettre leur projet immobilier au goût du jour. Aujourd’hui, la quasi-totalité des banques appliquent ces nouvelles recommandations.

3.Vers des taux de crédit plus bas que l’année passée

Dans la lignée des nouvelles recommandations du HCSF, les futurs acheteurs peuvent se réjouir car les taux immobiliers en ce début d’année sont particulièrement bas et moins élevés que l’an passé à la même période. Les banques sont encore bien décidées à délivrer des crédits. Aujourd’hui, emprunter sur 25 ans, vous permet de bénéficier d’un taux immobilier de 1.22 % contre 1.46 % en avril 2020.
15 ans20 ans25 ans
Avril 20210.84 %1.02 %1.22 %
Avril 20201.03 %1 %1.46 %

4.Jardin, boulot, repos : les nouvelles envies d’achat des Français

Même si le confinement n’aura pas empêché les ménages de s’offrir le bien de leur rêve, leurs critères de recherche ne sont plus tout à fait les mêmes. La recherche de résidences secondaires a entre autres connu un grand succès dès la fin du premier confinement en mai 2020, notamment de la part de Franciliens désireux d’avoir un petit bout de verdure, en plus de leur lieu de résidence. Mais attention aux idées reçues, même si les maisons restent en tête, 44 % des achats de résidences secondaires concernent des appartements d’après l’étude réalisée par SeLoger.

D’après une étude réalisée par OpinionWay pour le compte l'Officiel du Déménagement, 1 Français sur 4 affirme vouloir déménager dans l’année soit 15 % de plus qu’en 2020. Et les raisons sont nombreuses : nouveaux horizons professionnels, rapprochement familial ou encore démocratisation du télétravail... qui permet l’installation dans un cadre plus vert.

5. Neuf vs. ancien : le neuf en chute libre

Contrairement à l’investissement dans le neuf, l’ancien poursuit son chemin. En effet, le neuf ne connaît pas vraiment cette chance. Le confinement a engendré de nombreux retards dans les chantiers et les délivrances de permis de construire se sont faites plus rares. A défaut de pouvoir construire leur propre maison, certains acheteurs ont choisi de se rabattre sur les biens dans l’ancien, ce qui n’a pas vraiment permis de relancer le marché du neuf.

6.MaPrimeRénov’ gagne en popularité, 15 000 dossiers sont déposés chaque semaine

Début 2020, le gouvernement avait annoncé l'envie de remettre sur le tapis la question de la rénovation énergétique et des aides pour sensibiliser les ménages à réduire leur consommation d’énergie. C’est alors que MaPrimeRénov’ avait vu le jour permettant aux acheteurs de bénéficier d’une aide financière dans le but de réaliser des travaux dans leur logement ( travaux d’isolation, remplacement des fenêtres…).

Mais qu’est-ce qui change pour MaPrimeRénov’ en 2021 ?

Désormais, MaPrimeRénov' étend son périmètre d’attribution, plus besoin d’être propriétaire occupant ou de répondre à des conditions de ressources bien spécifiques pour pouvoir être éligible à cette aide. Les ménages aux revenus modestes, les propriétaires-bailleurs, les copropriétaires s’ajoutent ainsi à la liste.

7.Les primo-accédants vont pouvoir profiter du PTZ jusqu'en 2022

Vous avez loupé le coche lors de l’année 2020 ? Pas de panique, le PTZ est reconduit jusqu’à 2022. Un coup de pouce supplémentaire pour les nouveaux propriétaires ! Ce dispositif destiné aux primo-accédants permet d’accéder plus facilement à la propriété et ces conditions d’attribution dépendent de vos ressources. Attention toutefois, il ne remplace pas un prêt classique mais vient en complément.

Changement de programme à compter de 2022, les conditions d’accès au PTZ vont évoluer. Le calcul du PTZ ne prendra plus en compte les revenus de l’année précédant la demande de prêt mais plutôt de l’année en cours.

Malgré la pandémie, le secteur de l’immobilier a été impacté par de nombreux changements positifs. Les ménages aspirent désormais à de nouveaux horizons concernant l’achat immobilier. Les villes moyennes connaissent un franc succès, mais cette tendance se poursuivra-t-elle dans les prochains mois ?

Mis à jour le 21 avril 2021
Partagez l'article
avatar
Chargée de Webmarketing & SEO
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !
cover Pretto