Quel est l'âge idéal pour investir dans l'immobilier ?

Choisir d'investir dans l'immobilier est un acte qui demande un certain niveau de maturité. C'est pourquoi il est plutôt conseillé d'investir passé 40 ans, une fois que les situations professionnelle, financière et personnelle sont bien établies.

Toutefois comme vous avez le voir à travers cet article, il n'y a au final pas vraiment d'âge préférentiel avant de se lancer dans l'investissement immobilier. La volonté et la détermination de chaque individu, qu'il soit âgé de 24 ans, de 38 ans ou de 62 ans, constituent en effet les principaux moteurs afin de mener à bien toutes les opérations spécifiques aux investissements liés à l'immobilier.

Choisir d'investir avant 40 ans

Durant l'émission Intégrale Placements sur la chaine de télévision BFM Business le 20 février dernier, Christophe Capelli, PDG du groupe Capelli (promoteur immobilier) évoquait justement la question de la limite d'âge pour investir dans l'immobilier (voir le replay ).

Un jeune adulte qui souhaiterait investir dans le domaine de l'immobilier devra très certainement effectuer une demande de prêt auprès d'une banque. Celle-ci sera en mesure de l'accorder si le potentiel futur investisseur dispose de revenus stables et réguliers (donc en priorité les titulaires d'un CDI), n'a pas de découvert bancaire et jouit déjà d'une épargne solide.

Au cas où la trésorerie s'avèrerait insuffisante aux yeux d'une banque, un jeune investisseur pourra demander à des proches de se porter garants du prêt voire envisager la création d'une SCI (Société civile immobilière). Cette dernière permet de s'associer à un membre de votre famille ou bien à un ami ayant les ressources financières adéquates en vue de renforcer votre épargne.

Si tous les feux sont au vert, il ne faut dès lors plus tarder à saisir des opportunités d'investissement. Concrètement, il est recommandé à un jeune adulte de faire des emprunts plutôt longue durée (20 ans par exemple) afin de lui permettre de diminuer progressivement le coût des mensualités de remboursement et d'autofinancer son investissement.

En faisant ainsi, une personne améliorera rapidement son cash flow positif (flux de liquidités). Le cash flow est une expression financière signifiant qu'une personne peut mesurer ses finances et ses bénéfices, en terme d'investissement, sur une période donnée.

De jeunes investisseurs étant souvent sans réelle expérience, il leur est conseillé de privilégier des investissements sur des biens aux faibles enjeux (minimum de travaux à prévoir, possibilité rapide de revente, etc.) afin de limiter au mieux les risques d'endettement.

Avec l'expérience de la vie, un adulte allant sur ses 40 ans peut quant à lui sérieusement envisager l'achat d'une résidence principale. Avec une trésorerie en bonne santé, vous pouvez sereinement contracter un prêt immobilier d'autant que les taux actuellement pratiqués par les banques sont relativement faibles.

Il est recommandé d'investir dans un bien situé à proximité de toutes les commodités au sein d'un territoire précis, si vous envisagez par exemple de revendre votre bien, en vue de réaliser une vraie plus-value.

Il est conseillé d'attendre au moins trois ans avant toute revente, afin que votre placement et les frais de notaire soient entièrement recouverts.

Il faut noter que pour des propriétaires-bailleurs, acheter une propriété pour laquelle des travaux sont à prévoir revient à obtenir des solutions profitables en matière d'optimisation fiscale.

Celle-ci peut en effet se traduire par la création d'un déficit foncier ; si vous réalisez un investissement dans un bien ayant besoin d'une rénovation, vous pourrez déduire le montant de vos travaux de celui des loyers que vous percevrez après sa mise en location, et ainsi baisser le montant de vos revenus soumis à l'imposition.

Entre 40 et 50 ans, la décennie charnière

Généralement, c'est une tranche d'âge qui permet à tout investisseur d'être assez flexible dans ses choix. Si vous avez de bons revenus, vous pouvez vous intéresser à l'investissement locatif.

Ce type d'opération vise à bénéficier d'une rentabilité attrayante tout en s'assurant un beau patrimoine pour la retraite. C'est un placement normalement rassurant et tangible qui peut à certaines occasions êtes aussi synonyme d'une réduction d'impôt.

Que vous soyez propriétaire ou non de votre résidence principale, grâce au dispositif Pinel, une baisse d'impôt est offerte à toutes les personnes possédant une habitation neuve et qui s'engageraient à la louer durant une période déterminée (de 6 à 12 années). La réduction de l'impôt sera calculée proportionnellement au coût global d'investissement soutenu.

Par ailleurs, réaliser des emprunts longue durée à cet âge, c'est voir les échéances de remboursement s'achever à peu près au même moment où débute la retraite. Ainsi, les loyers que vous percevrez compenseront à un certain degré la baisse de vos revenus et constitueront surtout une ressource durable.

À noter que plus vous approchez de la retraite, plus l'obtention d'un bon prêt deviendra compliqué mais pas impossible.

Les investissements après 50 ans

Aujourd'hui avec l'allongement de la durée de vie, un quinquagénaire peut absolument prendre en considération la réalisation d'investissements dans l'immobilier. S'il est plutôt recommandé d'opter pour des emprunts à court ou moyen terme, l'important est surtout d'avoir des revenus confortables qui pourront justifier une demande d'emprunt auprès d'une banque.

Toutefois même dans le cas où votre retraite risquerait d'être peu élevée, et qu'investir vous intéresse et vous passionne, il faut savoir que de plus en plus de banques ont tendances à proposer des formules de crédits adaptées aux seniors.

Publié le 12 mars 2020
avatar
Antoine Ortega
Growth Marketer
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !