Quels sports à risque augmentent le prix de l'assurance de prêt immobilier ?

La pratique d’un sport peut avoir un impact sur votre assurance de prêt immobilier et vous exposer à une augmentation de coût. Sur le marché de l’assurance, certains organismes peuvent même aller jusqu’à refuser de vous couvrir !

Faire le point avant de trouver la meilleure assurance emprunteur est essentiel. Rassurez-vous, trouver une assurance quand on pratique un sport à risque est possible mais pas sans conséquence sur le coût total.

Quels impacts des sports à risque sur votre assurance emprunteur ?

Certaines assurances préfèrent ne pas prendre de risques et ne couvrent pas la prise en charge des accidents liés à la pratique des sports dangereux. Quel que soit votre niveau de pratique sportive, un sport risqué peut être pénalisant pour votre contrat d’assurance de prêt immobilier.
Une assurance pourra exclure certaines garanties de votre contrat, vous proposer une surprime ou émettre un refus d’assurance. Renseignez-vous sur les différentes prestations, couvertures et garanties emprunteurs proposées par les organismes. Pretto peut vous aider. 🙂

Sécurisez votre prêt, et par la même occasion votre patrimoine immobilier, en étant sûr de pouvoir rembourser en cas de problème. L’ augmentation des cotisations mensuelles est donc à relativiser si elle vous permet de continuer la pratique du sport et d'acheter votre maison ou votre appartement.

Certes avec une surprime, votre capacité d'emprunt diminue, mais en cas de problème, elle vous couvre et vous aide à rembourser vos échéances. Dans de tels cas, la sécurité reste de mise !

Que faut-il déclarer à son assureur ?

Si votre activité sportive est occasionnelle et accompagnée par un professionnel, vous êtes couvert en cas d’accident par l’assurance emprunteur et celle de l’encadrant. Donc, si vous décidez de vous offrir un saut à l'élastique pour tester, sous la responsabilité d’un encadrant, vous n’êtes pas dans l’obligation de le déclarer à votre compagnie d’assurance.

En revanche, si vous êtes sportif professionnel ou que vous pratiquez un sport à risques régulièrement, il est impératif de le signaler à votre assureur. C'est généralement le cas si vous pratiquez ce sport en club et que vous êtes licencié. On vous déconseille de mentir à l'assurance pour alléger la prime.

Vous vous exposez à la nullité du contrat. Concrètement, cela veut dire que votre contrat devient nul et que votre prêt n’est plus assuré pour aucun risque. Pas de prise de risque donc (sans mauvais jeu de mots 😉 ).

Faire le choix de ne pas avertir son assureur est risqué. Envisagez ce qu’il pourrait arriver, d’autant plus si vous empruntez conjointement. Prendre le risque de ne rien déclarer peut tout bonnement mettre en péril votre bien immobilier, son financement et l’ensemble de votre patrimoine.

Par ailleurs, sachez que les assureurs offrent la possibilité de modifier votre contrat et ainsi de le réajuster. Vous pouvez déclarer la pratique d’un nouveau sport ou a contrario déclarer que vous l’avez arrêté ou ralenti.

De la recherche du bien au crédit
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !

Liste des sports à risques

Une bonne assurance emprunteur doit pouvoir vous couvrir en cas de problème. L’assureur analyse le niveau de dangerosité de votre activité. En fonction des grilles de l’assurance et de l’évaluation du sport pratiqué, vous payez une surprime plus ou moins élevée, voire une exclusion de garantie.

Petit tour d’horizon des sports concernés :

  • De montagne : ski, snowboard, freeride, randonnées en montagne ;
  • Aériens : parapente, deltaplane, ULM, base jump, alpinisme, hélicoptère, saut à l'élastique, parachutisme ;
  • Nautiques : surf, plongée sous-marine, canyoning, rafting, cliff diving, pêche en haute mer, voile ;
  • De combat : généralement les plus violents tels que la boxe, le MMA ;
  • Équestres : équitation, sauts d’obstacles ;
  • Mécaniques : rallye, motos, karting ;
  • Collectifs : rugby, football si vous êtes pro ;
  • Autres catégories : spéléologie, safaris et chasse.

Le questionnaire complémentaire : une étape importante

Lors de votre déclaration, un questionnaire complémentaire vous est transmis afin de vous proposer un contrat en adéquation avec les risques que vous encourez. On vous demande de détailler votre pratique sportive (fréquence, habitudes etc.).

Les questions portent sur :

  • votre niveau sportif (professionnel ou amateur) ;
  • le matériel utilisé ;
  • le fait que vous pratiquiez votre sport seul ou accompagné ;
  • les sites sur lesquels vous avez l’habitude de pratiquer votre sport ;
  • le fait d’appartenir à un club et de posséder un brevet ou une licence sportive.

Ce questionnaire permet à votre assurance de vous proposer des conditions spécifiques lors de la souscription de votre contrat.

  • La pratique régulière d'un sport à risque augmente le coût de votre assurance emprunteur.
  • Pretto vous accompagne dans la recherche d’un assureur.
Sur le même sujet