Que demander au vendeur d'un appartement pour son achat immobilier ?

Vous envisagez d’acheter un bien immobilier ? Comme pour tout, cela s’apprend ! Quelques techniques simples vous permettront de sélectionner soigneusement les biens qui correspondent vraiment à vos besoins. Et pour bien démarrer, n’oubliez pas de poser quelques questions au vendeur sur le logement lui-même et son environnement. Pretto vous donne ses meilleurs conseils pour poser les bonnes questions lors de votre visite, et éviter les mauvaises surprises.

Voici donc les points-clés à aborder afin de mieux préparer votre achat.

1. Que demander au vendeur par rapport au bien ?

Même si cela semble fastidieux, il est important de prendre le plus de précautions avant de vous lancer dans l’acquisition d’un bien. En plus des critères qui vous sont indispensables comme le nombre de chambres, la superficie d’un jardin, vous pouvez en premier lieu demander :

  • A partir de quand le bien est disponible
  • La raison de la vente (divorce, déménagement pour un bien plus grand s’il s’agit d’une famille, mutation professionnelle…)
  • Depuis quand le bien est à vendre

Ces premiers éléments vous permettront de mieux cerner la raison de la vente et pourront éventuellement jouer en votre faveur pour mieux négocier le prix du bien, surtout si les vendeurs sont dans une situation d’urgence.

Si le bien vous plaît après une ou plusieurs visites, vous êtes en droit de demander des documents administratifs pour en savoir plus et prévoir d’éventuels frais supplémentaires. Ces documents concernent :

  • Le dernier avis de taxe foncière,
  • Un plan du bien avec les mesures des différentes pièces
  • Les diagnostics amiante et plomb qui sont obligatoires
  • L’état des installations électriques, des risques naturels et technologiques, gaz
  • Le bilan des performances énergétiques
Ces documents vous éviteront de bien mauvaises surprises qui pourraient s’ajouter à d’éventuels vices cachés et venir alourdir le budget.

2. Que demander s’il s’agit d’un achat immobilier en copropriété ?

Si vous prévoyez d’investir dans un logement faisant partie d’une copropriété, il y a plusieurs critères à prendre en compte et qui ne dépendent pas de façon directe du vendeur. Il est vivement recommandé de demander :
  • Les derniers procès-verbaux d’assemblée générale. Cela vous permettra de prendre connaissance des derniers travaux effectués. De plus, les travaux votés avant la vente seront à votre charge. Il vaut donc mieux être au courant !
  • Le règlement de la copropriété
  • Le montant des charges collectives et ce qu’elles comprennent ainsi que leur répartition
  • Le bilan financier de la copropriété envers les fournisseurs tels que le gaz
  • Si le syndic est professionnel ou bénévole car cela peut avoir un certain coût
  • Le carnet d’entretien qui recense les travaux ou entretiens de l’immeuble et ses équipements (ascenseurs…)
  • Si une assurance a été contractée pour la copropriété pour garantir de possibles dégâts comme une inondation
  • Si des travaux de mise aux normes de l’ascenseur sont à prévoir
  • Le diagnostic technique de l’immeuble qui comprend un bilan de l’état des conduits, canalisations, équipements de sécurité
  • Si une avance de trésorerie est à verser à la copropriété au moment de l’achat
  • Si la copropriété a donné son accord pour des travaux effectués par le vendeur sur un mur qui s’avère être porteur
  • La période de chauffage s’il s’agit d’un chauffage collectif, la période d’accès à la piscine s’il y en a une

Des questions complémentaires concernant entre autres l’état de la toiture, du système de chauffage, l’année du bâtiment vous éviteront également de mauvaises surprises qui pourraient sérieusement modifier votre budget, notamment dans le cas d’un immeuble ancien qui est susceptible de nécessiter plus de travaux.

De la recherche du bien au crédit
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !

3. Achat immobilier, que demander sur le secteur où se trouve le bien ?

Outre les documents obligatoires, il est important de prendre le temps d’effectuer plusieurs visites du bien. N’hésitez pas à vous faire accompagner pour avoir l’avis de proches et redoubler de vigilance par rapport à l’état du logement et celui du quartier.

En faisant des visites à des horaires différents, vous vous rendrez mieux compte de la luminosité mais aussi de l’isolation phonique du bien ainsi que la vue. Ces critères peuvent s’avérer importants et peuvent influer sur le prix final du logement, notamment si vous entendez tout ce qui se passe chez les voisins ou dans la rue.

Prenez également le temps de vous renseigner sur le quartier. Le propriétaire, mais aussi des voisins, sauront vous dire s’il y des écoles à proximité pour vos enfants et si le quartier est bien desservi en transports en commun pour vous éviter de prendre la voiture. La présence de commerces, médecins, pharmacie et espaces verts peut également être un atout, tout comme la facilité de circulation. Un quartier très bruyant la nuit s’il y a des bars et discothèques peut par contre être un sérieux inconvénient à mettre en avant lors de la négociation.

Si en revanche, il n’y a ni commerce, ni école ou très peu de transports, cela peut vous être favorable afin de négocier le prix à la baisse. Un bien dans un état impeccable situé dans une ville dynamique, en hyper-centre, sera plus difficile à négocier qu’un même logement en périphérie sans transports en commun. Ne négligez donc aucun point et n’agissez pas dans la précipitation même si vous avez un coup de coeur pour ce bien !

A retenir
  • Vous ne poserez pas forcément les mêmes questions si le bien est en co-propriété ou pas.
  • N’hésitez pas à vous renseigner sur les environs du bien.
  • Ces informations sont autant d’arguments pour faire baisser le prix du bien au besoin.
Sur le même sujet