Quelles aides pour mes travaux de rénovation énergétique ?

Vous souhaitez réaliser des travaux afin d'améliorer l'isolation de votre logement et diminuer votre facture énergétique ?

Si les montants peuvent paraître importants, pas de panique, car sachez que vous pouvez prétendre à différentes aides pour financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement.

Nous vous expliquons dans cet article la différence entre ces aides, leurs conditions d’éligibilité et leur montant maximal.

Les primes nationales

MaPrimeRénov’

MaPrimeRénov’ peut vous aider à financer vos travaux d’isolation, de chauffage, de ventilation ou d’audit énergétique d’une maison individuelle ou d’un appartement.
Important

Le montant de la prime varie en fonction des matériaux et équipements, dans la limite d’un plafond de 20 000 €.

En 2 020, cette prime s’adresse uniquement aux propriétaires les plus modestes occupant leur logement à titre de résidence principale.

Les “Coups de pouce”

Accessibles à tous sans condition de ressources, les aides "coups de pouce" bonifient certains travaux liés à la rénovation énergétique des maisons individuelles et bâtiments collectifs (chauffage, isolation, thermostat, etc.) ou à la sortie des énergies carbonées (transition du fioul à une source de chaleur renouvelable par exemple).

Attention

Les “coups de pouces” sont néanmoins réservés à des travaux d’une certaine envergure : l’économie d’énergie doit être avérée et substantielle (55 % pour les maisons, 35 % pour les bâtiments collectifs).

À cet égard, les travaux doivent être réalisés sur la base d'un audit énergétique et contrôlés par un bureau de contrôle indépendant.

Le crédit d’impôt

Autre type d’aide à votre disposition : le Crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE), une aide forfaitaire en fonction des travaux réalisés et de vos ressources.

Pour bénéficier de cette aide, les travaux doivent :

  • être éligibles (chauffage et eau chaude sanitaire, isolation thermique, etc.)

  • être réalisés par des professionnels qualifiés RGE (Reconnus Garant de l'Environnement)

  • être réalisés dans un logement occupé en tant que résidence principale par son propriétaire et achevé depuis plus de deux ans.

Le crédit d’impôt doit être sollicité lors de la déclaration d'impôt de l'année suivante.

Les prêts aidés

Par ailleurs, il existe également un certain nombre d’aides financières nationales et régionales (prêts à conditions spéciales, subventions, etc.) dont voici les principales.

L'éco-prêt à taux zéro

L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) est un prêt d’un montant maximal de 30 000 € à destination des propriétaires occupants ou bailleurs, qui doit être utilisé pour réaliser des travaux d’éco-rénovation.

En termes de conditions, les travaux doivent :

  • être éligibles (chauffage et eau chaude sanitaire, isolation thermique, etc)

  • être réalisés par des professionnels qualifiés RGE

  • concerner un logement achevé depuis plus de 2 ans et déclaré comme résidence principale

Bon à savoir

Un éco-PTZ s’obtient auprès d’une banque en présentant des devis d’entreprises RGE.

L’amour est dans le prêt
Le podcast de Pretto
En 2h30, en voiture, au bureau ou en faisant le ménage, peu importe vos préférences : vous serez bientôt un as du prêt immobilier

Le Prêt d’Action Logement

L’association Action Logement propose à la fois une subvention jusqu’à 20 000 € et un prêt à 1 % d’un montant maximal de 30 000 € pour vos travaux de rénovation énergétique.

Sont éligibles :

  • Les propriétaires occupants ou bailleur salariés d'entreprise, les propriétaires bailleurs logeant des salariés d'entreprise, les sociétés civiles immobilières dont l'actionnaire majoritaire est salarié d'une entreprise

  • Les logements occupés à titre de résidence principale et situés en zone B2 ou C des communes du programme “Action Coeur de Ville”

Les aides de l’Anah

Au titre de son programme « Habiter mieux », l’Agence nationale de l’habitat (Anah) propose un accompagnement et des subventions pour réaliser des travaux permettant un gain énergétique d’au moins 25 %.

A noter

L’aide financière peut atteindre 50 % du montant des travaux pour les ménages très modestes (plafonné à 10 000 €) et 35 % du montant pour les ménages modestes (plafonné à 7 000 €)

Sont éligibles :

  • Les propriétaires occupants dont les revenus sont inférieurs aux plafonds de ressources définis par l'Anah

  • Les propriétaires bailleurs

  • Les copropriétaires pour des copropriétés fragiles

Les aides régionales

A l’échelle locale, il existe également des aides pour inciter aux travaux de rénovation énergétique. Ces aides peuvent être accordées par les communes, les départements ou encore les régions.

Ces aides et les démarches à réaliser varient en fonction des territoires mais les mêmes types de travaux sont généralement éligibles (isolation, changement d’équipement, etc.)

Vous pouvez facilement retrouver les aides disponibles dans votre région grâce au simulateur Simul'Aid€s.

La TVA à taux réduit

Outre les prêts et subventions, vous pouvez également bénéficier d’une TVA à taux réduit. Si cette dernière s’élève généralement à 10 % pour les travaux de rénovation, elle est réduite à 5,5 % lorsqu’elle concerne des travaux d’amélioration de la performance énergétique.

La bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a aucune démarche à faire pour bénéficier de cette aide : la réduction se fera directement sur la facture proposée par le professionnel.

Cette TVA réduite s’applique :

  • Aux travaux éligibles pour le CITE (voir plus haut)

  • Aux propriétaires occupants ou bailleurs, aux syndicats de copropriété, aux locataires et occupants à titre gratuit, aux SCI (sociétés civiles immobilières)

  • Aux logements achevés depuis plus de deux ans

A retenir
  • Pour vous accompagner dans vos travaux de rénovation énergétique, plusieurs aides sont mises en place par l'Etat.

  • Les conditions d'éligibilité ne sont pas les mêmes en fonction des différentes aides.

Publié le 25 septembre 2020
avatar
Lauriane Potin
Content Manager
Sur le même sujet