Quels sont les critères d’obtention d’un crédit bancaire ?

Vous avez besoin de réaliser un emprunt bancaire mais n’êtes pas certain de remplir les conditions exigées par les banques. En effet, pour donner leur accord de prêt, les établissements bancaires procèdent à une analyse du risque-client. Chaque établissement détermine ses propres conditions d’acceptation mais il est tout de même possible d’identifier les critères les plus récurrents.

Les facteurs pris en compte par les établissements de crédit :

1 - Des revenus fixes et réguliers 2 - Un taux d’endettement faible 3 - Un reste à vivre suffisant 4 - L’âge 5 - Un apport personnel) (bien qu’il ne soit pas toujours indispensable il est parfois déterminant) 6 - Une situation financière saine

1 - Des revenus fixes et réguliers

Pour obtenir un prêt, il faut pouvoir présenter des revenus fixes et réguliers. La stabilité est un critère essentiel pour les banques. Un contrat en CDI ou un emploi dans la fonction publique sont des atouts. Pour les indépendants, les chefs d’entreprises et les professions libérales c’est l’ancienneté qui sera prise en compte. Les CDD, contrats en intérim ou stages ne sont généralement pas pris en considération.

2 - Un taux d’endettement faible

Le taux d’endettement est le rapport entre les revenus nets du foyer et le total des mensualités de crédits. Il se calcule de la manière suivante : Taux d’endettement = (Total des mensualités X 100) / salaire net Exemple pour une personne avec un salaire net à 1500€ et 300€ de prêt mensuel : (300x100)/1500=20% En France, les établissements de crédits considèrent à 33% le taux d’endettement maximum. Dans cet exemple le total des mensualités de crédit ne doit donc pas excéder 500€/mois. Parfois, le taux d’endettement accordé peut être supérieur au 33%, tout dépend du reste à vivre.

3 - Un reste à vivre suffisant

Le reste à vivre représente ce qu’il reste chaque mois à un ménage charges fixes et mensualités de crédit déduites (factures, impôts, transport…). Chaque banque peut appliquer sa propre recette. On peut cependant partir du mode de calcul suivant Reste à vivre = total des ressources (salaires, retraites, 70% des revenus fonciers)-total des charges fixes (loyers, impôts, pensions alimentaires)-total des crédits. Le reste à vivre est très regardé par les organismes de crédit. Pour donner un ordre d’idée, le reste à vivre minimum pour une personne seule est de 750€, 900€ pour un couple sans enfant auquel s’ajoute 150€ par enfant.

4 - L’âge

Il est aujourd’hui possible d’emprunter au-delà de 65 ans mais les conditions sont draconiennes. Le coût de l’assurance est alors très élevé, et entraîne parfois un dépassement du taux d’usure en vigueur, avec pour conséquence le refus de financement bancaire. De même, avant 25 ans, il est très compliqué d’obtenir un crédit, même pour un crédit à la consommation.

5 - L’apport personnel

L’apport personnel n’est pas un facteur indispensable pour obtenir un prêt bien qu’il soit souvent demandé 10% d’apport dans le cas d’un prêt immobilier. Plus le reste à vivre est important, plus les banques sont susceptibles d’accorder un prêt sans apport.

6 - Une situation financière saine

Les banques n’accordent pas de crédit aux personnes fichées. Elles interrogent systématiquement la Banque de France pour s’assurer qu’aucun fichage n’est en cours. Il existe plusieurs types de fichage : Le FICP : fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Le FCC : fichier central de chèques L’inscription à un fichier banque de France, quelle que soit la nature de l’interdit bancaire, est le motif principal des refus de financement des banques.

Comment obtenir un financement ?

Dans un premier temps rapprochez-vous de plusieurs banques et comparez les offres ou adressez-vous à un courtier qui vous soumettra la meilleure proposition après interrogation de ses partenaires bancaires.

Quelle solution, en cas de refus bancaire ?

Il est possible de trouver un financement sans passer par une banque. Aujourd’hui, il existe plusieurs solutions alternatives au circuit bancaire classique : le prêt entre particuliers par exemple encadré par la loi peut être une option.

Il est possible également d’opter pour le financement participatif via différentes plateformes de crowdfunding qui permettent aujourd’hui de proposer tout type de projet.

Pour les sommes comprises entre 300 et 5000€, il existe le microcrédit mais attention cette solution est généralement utilisée par des personnes en situation financière difficile, l’objectif du microcrédit étant de faire évoluer positivement cette situation.

Enfin, si vous vous êtes propriétaire d’un bien immobilier, le Portage immobilier est peut-être la solution… En effet, le Portage immobilier est une solution de financement innovante qui permet aux propriétaires, particuliers comme professionnels, de dégager des liquidités grâce à la valeur de leur bien immobilier tout en restant chez eux.

Le Portage immobilier repose sur les critères suivants : - Le montant du besoin, qui doit être inférieur ou égal à 65% de la valeur du bien - L’état du bien (résidence principale, secondaire, bien loué, SCI, murs ou bureaux commerciaux…) - La localité du bien : il doit être situé au sein d’une zone avec un marché immobilier actif

L’objectif du Portage est donc de permettre à tous les propriétaires : entrepreneurs, commerçants, artisans, chômeurs, retraités, fichés bancaire... de trouver un financement en rendant liquide son patrimoine immobilier. Il s’agit ici de « monétiser » ou rendre « liquide » son patrimoine.

Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !