1. Quel mobilier peut-on déduire de ses frais de notaire ?

Quel mobilier peut-on déduire de ses frais de notaire ?

Vous vous apprêtez à acheter un bien immobilier et allez donc devoir vous acquitter des frais et droits de mutation, communément appelés “frais de notaire”.

Ces derniers, plus ou moins élevés selon si vous achetez dans le neuf ou l’ancien, peuvent atteindre 8 % du prix de vente.

Heureusement, il existe un moyen simple de réduire ces frais : il suffit de déduire le mobilier du prix du bien.

Exemple

Ainsi, un logement à 500 000 € peut être décomposé en 30 000 € de meubles et en 470 000 € liés au bien vide.

Cette déduction a de nombreux avantages : dans cet article, nous vous expliquons plus précisément pourquoi et comment déduire les meubles du prix du bien.

Pourquoi déduire les meubles du prix du bien ?

Cela permet de bénéficier de frais de notaire réduits

Étant donné que les frais de notaires sont calculés sur le prix du bien, vous pouvez faire des économies intéressantes en faisant baisser le prix.

En reprenant l’exemple cité précédemment, décomposer un logement à 500 000 € en 470 000 € de bien + 30 000 € de meubles permet de faire baisser les frais de notaire :

Prix du bien Frais de notaire (neuf) Frais de notaire (ancien)
500 000 € 10 705 € 36 263 €
470 000 € 10 173 € 34 198 €

Dans cet exemple, déduire les meubles permet donc d’économiser 600 € dans du neuf et plus de 2 000 € dans l’ancien.

Sur le long terme, d’autres avantages fiscaux

Au-delà des frais de notaires, déduire le prix des meubles présente également des avantages fiscaux sur le long terme.

Bon plan
La taxe sur la plus-value des résidences secondaires se calcule également à partir du prix du bien.

Ainsi, plus le prix du bien est bas, plus les économies réalisées sur une future vente seront importantes.

Dans tous les cas, il faudra veiller à bien justifier le montant des meubles car l’administration fiscale est attentive.

Attention au risque de surfinancement

En plus des frais d’agence et du cautionnement, beaucoup d’acheteurs comptent sur le prêt immobilier pour financer le prix des meubles, ce qui aboutit parfois à des emprunts d’une valeur de 110, 120 (etc) % du prix du bien.

Important

Le risque de surfinancement étant alors plus important, les banques peuvent tout simplement vous refuser votre crédit immobilier.

Ainsi, au-delà des avantages fiscaux, déduire ses meubles du prix du bien permet également d’emprunter moins d’argent auprès de votre banque puisque vous pouvez séparer les deux acquisitions.

Attention

Déduire le mobilier du prix du bien n’est pertinent que si l’apport englobe la totalité des frais annexes (meubles annexés y compris).

Sinon on passe en surfinancement, et la banque sera frileuse.

Quelle est la liste des meubles que l’on peut déduire ?

Pour profiter de ces nombreux avantages, il vous faut donc dresser une liste précise des meubles et en estimer le montant.

Attention cependant, tous les meubles ne peuvent être déduits des frais de notaire et il faut distinguer :

  • les meubles qui peuvent être isolés facilement du bien (“meubles meublants”) : tables, chaises, lits, tapisseries, placards, électroménager, etc.

  • les meubles qui sont incorporés à l’immeuble (“meubles attachés à perpétuelle demeure”) : miroirs scellés, cheminées et sanitaires, volets extérieurs scellés aux murs, etc.

Bon à savoir

Il est intéressant de noter que si vous achetez un bien avec un jardin ou une terrasse, les équipements extérieurs (meubles et équipements de jardin, accessoires pour piscine, etc.) peuvent également être pris en compte.

Il existe un réel enjeu contractuel à lister le mobilier car cette liste verrouille le mobilier que le vendeur devra laisser à l’acheteur.

À son entrée dans les lieux, l’acquéreur pourra vérifier que l’ensemble de la liste est encore présente dans le logement et que l’ancien propriétaire n’a rien emporté avec lui. Dans le cas contraire, il pourra demander réparation.

De la recherche du bien au crédit
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !

Quelle procédure pour déduire le mobilier des frais de notaire ?

La première étape est d’estimer le montant des meubles vendus avec le bien : c’est au propriétaire que revient ce travail.

Pour ce faire, il s'appuie généralement sur les factures et les ajuste avec la date d’achat et l’état du mobilier. Si besoin, un professionnel (commissaire-priseur) peut l’assister pour des biens rares ou difficiles à estimer.

Tous ces éléments doivent ensuite être consignés très précisément dans une liste, accompagnée de tous les éléments qui permettent d’en justifier le montant (factures, justificatifs, etc.).

C’est sur cette base que l’administration fiscale estimera le calcul de l’impôt sur la plus-value à la revente. Plus les estimations du mobilier sont élevées, plus les éléments devront être justifiés.

Pour finir, cette liste doit être vérifiée par l’acquéreur puis remise au notaire au moment de la promesse de vente.

A retenir
  • Les frais de notaire parfois très élevés, peuvent atteindre jusqu'à 8 % du prix de vente de votre bien mais vous pouvez les réduire en y déduisant le mobilier.

  • Déduire le mobilier du prix du bien vous permet d'avoir de nombreux avantages fiscaux et même d'emprunter moins d'argent à votre banque.

  • Il n'est intéressant pour vous de déduire les meubles du prix du bien que si votre apport englobe la totalité des frais annexes au risque de tomber en surfinancement, ce que la banque a tendance à désapprouver.

  • Il vous faut dresser la liste de tous les meubles que vous souhaiter déduire et en estimer le montant. Si l'acquéreur se rend compte qu'il en manque au moment de son entrée, il peut en demander réparation.

Mis à jour le 21 septembre 2020
avatar
Lauriane Potin
Content Manager
Sur le même sujet