1. Accueil
  2. Offre achat
  3. Comment faire une offre d'achat
  4. Proposition d’achat immobilier : nos meilleurs conseils !
  1. Accueil
  2. Offre achat
  3. Comment faire une offre d'achat
  4. Proposition d’achat immobilier : nos meilleurs conseils !

Proposition d’achat immobilier : nos meilleurs conseils !

avatar
Sarah Aissani
Mis à jour le 07 oct. 2021
Proposition d’achat immobilier : nos meilleurs conseils !
Après de longues recherches, vous avez enfin trouvé le bien immobilier dont vous rêviez et vous vous apprêtez à faire une offre d'achat. Félicitations, c'est une étape importante dans votre parcours !

C'est pourquoi il convient de la préparer avec soin :pour vous aider à mettre toutes les chances de votre côté, on a rassemblé nos meilleurs conseils pour que votre proposition d'achat soit acceptée par le vendeur.

On vous explique comment faire une proposition d'achat immobilier !

Comment faire la proposition d'achat immobilier parfaite ?

Notre modèle pour la rédaction de votre proposition

L’offre d’achat est un moyen pour l’acquéreur de formuler une proposition d’achat à des conditions qu’il fixe lui même. S’il n’y a pas forcément d’obligations quant à sa forme, elle doit tout de même être formulée par écrit pour être valable.

Une offre sérieuse comportera différents éléments : un descriptif du bien (adresse et nombre de pièces), le prix auquel vous le proposez, le moyen de financement etc.

Pour vous simplifier la tâche, nous avons rédigé des modèles que vous pouvez compléter en fonction de votre situation.

Dans votre proposition, vous allez préciser sa durée de validité. Celle-ci est généralement fixée entre 5 et 10 jours. A la fin de cette période, si le vendeur a choisi de ne pas répondre à cette offre, elle devient caduque et vous pouvez formuler une nouvelle proposition.

Rassurez le vendeur avec une attestation de finançabilité

Vendre un bien immobilier est souvent une étape chargée d'émotions pour le vendeur. Quelle que soit les raisons de sa vente, il y est certainement attaché. Et ce d'autant plus s'il s'agissait de sa résidence principale ! Le choix de l'acheteur ne se fait donc pas à la légère, et il va avoir besoin d'être rassuré quant au sérieux de votre proposition.

Il est ainsi recommandé de compléter votre offre d'achat avec des documents attestant de votre bonne foi, voire même de votre motivation. Le premier document à joindre, devenu quasiment inévitable désormais, surtout dans les zones tendues comme Paris, est donc l'attestation de finançabilité.
Ce document peut être établi par votre banque, plus souvent par un courtier immobilier. Il détaille votre plan de financement (montant de votre apport et montant que vous pouvez emprunter) afin de rassurer le vendeur sur le fait que son bien correspond effectivement à votre capacité financière. Elle permet enfin de lui prouver que votre décision est mûrement réfléchie.

Pour aller plus loin : votre attestation de financement

Séduisez le vendeur avec une lettre de motivation

Vous pouvez également joindre à votre proposition d'achat une lettre de motivation. Si vous n'avez pas eu la possibilité de rencontrer directement le vendeur, ce document vous permettra de lui expliquer plus en détails les raisons pour lesquelles son bien vous plaît tant. N'hésitez pas à exposer les raisons de votre achat.

Exemple

Si vous savez que le vendeur du bien y a vécu pendant de nombreuses, vous pouvez préciser les raisons pour lesquelles vous vous y projetez. Sans avoir l'obligation de dévoiler votre projets de vie, vous pouvez par exemple évoquer le fait que le jardin sera parafit pour vos enfants, que la pièce supplémentaire fera un bureau magnifique une fois aménagée etc.

Si vous faites une offre en dessous du prix, ces arguments ne seront pas décisifs face à une offre au prix, c'est certain. En revanche, si concurrence il y a face à d'autres acheteurs, ce type de d'argumentaire peut réellement faire pencher la balance en votre faveur.

A qui faire votre proposition d'achat ?

La proposition d'achat quand il y a un intermédiaire

Si le bien est vendu via une agence immobilière, vous n'allez pas adresser directement votre offre au propriétaire, mais à l'agent mandaté.

Celui-ci a l'obligation de transmettre toutes les offres au vendeur. Mais sachez que si vous faites une offre jugée trop basse, il pourra indiquer au vendeur que celle-ci n'est pas à prendre au sérieux.

Distinguons tout de même deux cas de figure :

  • le vendeur a indiqué qu'il ne souhaitait pas descendre en dessous d'un certain prix. L'agent immobilier vous l'indiquera si vous marquez votre intérêt pour le bien. Si vous décidez tout de même de faire une offre inférieure, parce que le bien est au-delà des prix du marché par exemple, c'est votre droit. Mais il y a peu de chances que votre demande aboutisse. Si le bien est effectivement surévalué, il y a de fortes chances que le vendeur accepte d'en baisser le prix dans les prochaines semaines, et vous pourrez retenter votre chance.
  • vous décidez de faire une offre en dessous du prix afin d'entamer la négociation, parce que vous avez prévu de gros travaux de rénovation par exemple. Le vendeur pourra refuser votre offre purement et simplement s'il la considère trop basse. Vous pouvez refaire une offre à un prix plus élevé, ou arrêter la négociation à ce stade. Mais faire une offre volontairement très en-dessous du prix proposé par le propriétaire, c'est prendre le risque qu'il vous raye définitivement de la liste des acheteurs sérieux. Tout est donc une question d'équilibre !

Dans le cas où vous êtes vous-même représenté par un intermédiaire, comme un chasseur immobilier, c'est lui qui sera en charge de la négociation. Il connaît les rouages du métier et aura validé avec vous au préalable votre budget et les conditions de l'achat.

Dans le cas d'un achat de particulier à particulier

Quand il n'y a pas d'intermédiaire, vous allez formuler directement votre demande auprès du propriétaire. Vous aurez eu la possibilité de le rencontrer en personne et de discuter avec lui, mais n'oubliez pas qu'il aura certainement eu beaucoup de visites d'acheteur. La lettre de motivation, ne serait-ce que pour lui rappeler qui vous êtes, est toujours une bonne idée.

Il n'est pas rare que le prix soit un peu surévalué quand le vendeur s'est passé des services d'un intermédiaire neutre pour l'évaluation de son bien. Soyez donc bien renseigné des prix du marché quand vous faites votre offre et justifiez bien la baisse du prix si tel est le cas.

Dans les deux cas, formulez votre proposition d'achat rapidement

Sur les marchés tendus comme à Paris, il est souvent conseillé d'indiquer votre intérêt pour le bien dès la fin de la visite si vous avez eu un coup de coeur. Les biens partent vite !

N'hésitez pas à envoyer un mail à la suite de la visite à l'agent immobilier ou au vendeur pour lui confirmer votre intérêt et joindre votre offre au format numérique en pièce-jointe.

Par la suite, cette offre par mail doit être complétée par le document écrit et signé de votre part (et de votre conjoint le cas échéant). Vous avez alors la possibilité de compléter votre offre avec les documents dont nous vous avons parlé plus haut.

Quelles sont les options du vendeur suite à votre proposition d'achat immobilier ?

Une fois qu’une offre d’achat a été transmise au vendeur, trois scénarii sont possibles.

L’offre d’achat est acceptée

Si le vendeur accepte l’offre d’achat, alors la vente est conclue. Effectivement si un accord est trouvé à la fois sur la nature du bien mais également sur son prix alors la loi considère que cette vente est parfaite. Le vendeur et l’acheteur doivent ensuite se rejoindre pour rédiger le compromis de vente. Point de détail, faites la différence entre promesse et compromis de vente. Pour cette étape, il faudra vous faire accompagner d’un notaire ou d’un agent immobilier.

L’offre d’achat est négociée

Si la proposition ne convient pas au vendeur, alors celui-ci a la possibilité de la négocier. Il peut donc faire une contre-proposition à l’acheteur en indiquant de nouvelles conditions ou encore un prix différent.

Encore une fois, cette proposition n’oblige en rien l’acheteur, il est tout à fait libre de l’accepter ou de la refuser si elle ne lui convient pas. Comme lors de la première proposition, en cas de refus, l’acheteur peut ensuite soumettre une nouvelle proposition. Dans ce cas la négociation continue jusqu’à ce que les deux parties aient réussi à se mettre d’accord.

L’offre d’achat est refusée

Troisième et dernière possibilité, le vendeur refuse la proposition qui lui a été faite. Dans ce cas, l’acheteur est automatiquement libéré de sa proposition d’achat, celle-ci est rendu caduque par le refus du vendeur. Inversement, le vendeur ne peut pas revenir sur son refus, même si la durée de validité de la vente n’est pas écoulée. Le refus marque la fin définitive de la proposition de vente.

A noter : Si le vendeur ne répond pas à le vente, on considère son silence comme un refus à la fin de la période de validité de l’offre.

A retenir
  • Pour faire votre proposition d'achat, vous pouvez utiliser le modèle que nous avons mis à votre disposition.
  • Votre proposition d'achat sera prise plus au sérieux si vous l'accompagnez de documents complémentaires (attestation de finançabilité et lettre de motivation)
  • Faites votre proposition rapidement afin de confirmer votre intérêt au vendeur ou à son intermédiaire. Ce conseil est particulièrement important dans les zones tendues, où les biens partent très vite !
Partagez l'article
avatar
Experte en crédit immobilier
Vous avez une question sur cet article ?
Envoyez nous un message.
Poser une question