1. Accueil
  2. Actualités
  3. 2021, une année exceptionnelle pour le crédit immobilier
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. 2021, une année exceptionnelle pour le crédit immobilier

2021, une année exceptionnelle pour le crédit immobilier

2021, une année exceptionnelle pour le crédit immobilier

L'année 2021 a vu les envies d'achat immobilier des Français changer. Ils veulent plus d'espace, plus de verdure. Et les transactions immobilières se sont envolées. Une situation possible grâce à des conditions d'emprunt plus que favorables.

Nous l'avons vu, les Français ont revu leur projet immobilier post-confinement. Que ce soit l'acquisition de résidence principale, l'envie d'investir ou bien d'avoir une résidence secondaire, c'est tout le marché immobilier qui est concerné. Résultat, les transactions immobilières ont dépassé le million sur les 12 derniers mois et 2021 pourrait bien être une nouvelle année record. MeilleursAgents table sur 1,16 million de transactions à fin décembre 2021, du jamais vu ! Pour rappel, en 2019, nous étions à un peu plus d'un million (1,06).
Cette bonne santé du marché immobilier ne pourrait s'expliquer sans un environnement de financement propice au prêt immobilier. En effet, dès le mois de février 2021, les taux immobiliers ont ainsi connu de nouveaux planchers historiques (0,84 % sur 15 ans, 1,01 % sur 20 ans et de 1,26 % sur 25 ans selon les données Pretto). Et en septembre, ils continuaient de baisser, jusqu'à atteindre 0,83 % sur 15 ans, 0,98 % sur 20 ans et 1,16 % sur 25 ans.

Des taux très bas qui s'expliquent par un surplus d'épargne en banque de 157 milliards d'euros selon la Banque de France depuis le premier trimestre 2020. Et bonne nouvelle ! Tous les ménages profitent de cette baisse des taux, qui est de 25 % entre novembre 2019 et août 2021.

"Sans la politique accommodante des banques, de nombreux acheteurs n'auraient pas pu accéder à la propriété. Ce facteur a grandement contribué au dynamisme du marché immobilier cette année" explique Pierre Chapon, président de Pretto.

Les assouplissements du HCSF, un avantage pour les ménages les moins aisés

Mais il n'y a pas que les taux dans la vie ! La décision du Haut Conseil à la Stabilité Financière (HCSF) de déterminer un taux d'endettement de 35 % maximum, contre 33 % en 2020, a également joué un rôle important.
Depuis janvier 2021, la part des dossiers entre 33 et 35 % d'endettement a doublé. Les ménages les moins aisés connaissent l'augmentation la plus forte : 20 % des profils de moins de 40 000 € sont entre 33 % et 35 % de taux d’endettement. Et grâce à cela, un foyer aux revenus mensuels nets de 3000 € peut prétendre à une capacité d'emprunt supplémentaire de 6 %. En 2020, avec un taux d'endettement de 33 %, le budget maximum aurait été de 254 345€ (et une mensualité de 990 €). Cette année, c'est 269 982€ avec un taux d'endettement de 35 % et une mensualité de 1051 €.

"Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce sont bien les profils les moins avantagés financièrement qui ont profité de cet assouplissement du HCSF. Ce qui a eu, par ailleurs, un impact non-négligeable sur leur capacité d'emprunt, en hausse de 6 %" déclare Pierre Chapon.

evolution part dossiers taux d'endettement max

Des banques volontaires pour prêter

Vous le savez, les recommandations du HCSF n'étaient pas contraignantes en 2020. Toutefois, il a été décidé qu'elles le deviendraient cette année. Les discussions autour d'un cadre réglementaire ont poussé les banques à harmoniser leurs pratiques (notamment sous le contrôle de l'ACPR, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, institution au sein de la Banque de France).

Dans ce contexte, les banques, volontaires pour prêter, ont alors plus recours à des montages alternatifs, comme le prêt palier ou lissage de prêt afin de faciliter l’accès à l’emprunt de certains emprunteurs (internes en médecine ou détenteurs de plusieurs prêts).

Résultat, tous les voyants sont au vert. La finançabilité mesurée par Pretto, sur la base de toutes les simulations réalisées sur notre site et jugées réalisables, est en nette amélioration, avec un gain de 6 points depuis 2020 (68 % contre 74 % en 2021). Et, au total, ce sont ainsi plus de 60 000 ménages qui ont pu revenir sur le marché immobilier.

evolution financabilite depuis 2019

Vers une production de crédit immobilier record

Pour Pierre Chapon, président de Pretto : "Tous ces éléments combinés favorisent une production de crédit record au 1er semestre 2021, supérieure de 22 % à la même période en 2019, année record. 2021 se démarque des années précédentes".

En effet, au 1er semestre 2021, la production de crédit, c'est-à-dire l'émission de nouveaux crédits immobiliers (hors renégociations et rachats) a atteint 110,7 milliards d'euros. C'est +27 % par rapport à la même période en 2020. Et si l'on compare avec le 1er semestre de l'année 2019, année record, c'est +22 % !

Et la tendance se poursuit, avec un mois de juillet record. La Banque de France relève ainsi 20,4 milliards d'euros, "historiquement [la production] la plus importante pour un mois de juillet". A titre de comparaison, en juillet 2020 on comptait 13,6 milliards et 17,4 milliards en juillet 2019.

production credit record

A bien des titres donc, l'année 2021 pourrait bien entrer dans les annales de l'histoire de l'immobilier !

Mis à jour le 10 septembre 2021
Partagez l'article
avatar
Chargée de Relations Presse
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !
cover Pretto