Opter pour le bon placement financier

Il existe sur le marché un nombre important de placements financiers pour que les épargnants puissent investir suivant leurs objectifs et leurs besoins. Les plus prudents peuvent opter pour les placements sécurisés tandis que les plus téméraires peuvent se lancer dans les investissements plus risqués à forte rentabilité.

Quel placement financier pour quel type d’épargnant ?

Le choix d’un placement financier est une décision réfléchie prise en fonction des besoins et des objectifs de l’épargnant.

Pour faire fructifier son épargne, le marché propose à l’investisseur un large choix de placements à différents niveaux de risque.

Les épargnants prudents peuvent opter pour un support à capital garanti tandis que les plus téméraires peuvent s’aventurer sur le marché de la bourse.

On distingue notamment pour préparer sa retraite de produits d’épargne tels que :

  • L’assurance vie pour épargner et protéger ses proches
  • Le PER individuel (Plan épargne retraite) : Pour se préparer un capital retraite tout en défiscalisant
  • L’immobilier locatif : Pour se diversifier dans la pierre tout en défiscalisant
  • Les SCPI : Pour diversifier avec de la « Pierre papier » sans les contrainte de l’immobilier
  • Le livret d’épargne : Pour avoir une épargne disponible à tout moment
  • Le rachat de trimestre pour les personnes qui souhaite partir plus tôt en retraite

Epargner, dans quel but ?

Les objectifs d’épargne sont nombreux : mettre de côté pour les imprévus et les aléas de la vie, économiser en vue d’un projet futur, préparer la retraite ou tout simplement faire fructifier une somme disponible.

Selon les besoins et les objectifs de l’épargnant, l’argent mis de côté peut être placé sur une assurance vie, un livret ou un compte épargne, des produits boursiers ou encore un contrat d’épargne retraite.

En termes de performance, chaque placement est différent et bien souvent l’investisseur est rémunéré à l’audace.

C’est-à-dire que le rendement est proportionnel au risque couru. Il va de soi qu’un placement en fonds en euros rapporte moins que les unités de compte.

Une épargne à disposition

Pour faire face aux imprévus, certains épargnants préfèrent les placements leur permettant de disposer à tout moment de leur argent.

Ils choisissent ainsi les produits d’épargne réglementée (livret A, livret de développement durable, plan épargne logement, compte épargne logement, livret d’épargne populaire) ou fiscalisée (super livret, compte à terme, compte courant rémunéré). Ils privilégient également le volet fonds en euros d’une assurance vie.

Il faut préciser cependant que ces placements à capital garanti présentent une performance moindre.

Ces dernières années, les taux de rendement sont en constante baisse. Dans le cadre d’une assurance vie par ailleurs, la fiscalité est surtout avantageuse au bout de plusieurs années.

C’est-à-dire qu’un rachat quatre ans après la souscription est plus taxé qu’un retrait après huit ans.

Ces investissements plus sécurisés sont également adaptés pour se constituer un capital pour un projet de voyage ou un apport pour l’acquisition d’un bien immobilier.

Epargne retraite

Les produits d’épargne retraite sont comme leur nom l’indique des placements pour préparer l’après vie active.

Depuis l’entrée sur le marché du nouveau plan épargne retraite (PER), les règles régissant l’épargne retraite sont moins contraignantes donnant ainsi plus d’options aux épargnants.

Jusqu’au 30 septembre, les épargnants peuvent encore ouvrir un PERP ou une retraite Madelin.

Après cette date, les anciens produits d’épargne retraite ne seront plus commercialisés.

Les détenteurs d’un ancien contrat pourront cependant continuer à l’alimenter.

Par ailleurs, les épargnants ont la possibilité de transférer leur PERP ou leur retraite Madelin sur un PER et bénéficier ainsi des nouvelles règles, choix entre une sortie en capital et une sortie en rente entre autres.

Une contrainte demeure cependant, le capital reste bloqué jusqu’au passage à la retraite.

Il s’agit surtout d’un placement à long terme pour se constituer un supplément de revenu une fois à la retraite.

La gestion du contrat dépend généralement du nombre d’années qui séparent l’épargnant de sa retraite.

Si la retraite n’est que dans plus de 20 ans, l’épargne peut être investie dans des unités de compte à rendement élevé, mais un peu plus risqué.

A l’approche de la retraite par ailleurs, il faut penser à sécuriser le capital.

Pour aider les épargnants, la gestion pilotée est une option par défaut dans un contrat PER.

Rentabiliser l’épargne

Dans le cas d’un investissement à but lucratif, l’épargnant peut se tourner vers les supports à risque, mais plus rémunérateurs : la bourse (obligations, actions, etc.), les fonds de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP) ou encore le volet unités de comptes d’une assurance vie.

Ces placements n’offrent aucune garantie en capital, l’épargnant s’expose à la volatilité des marchés financiers.

Il faut cependant savoir qu’un long horizon de placement lisse le risque et promet une meilleure performance.

S’impliquer dans un tel investissement nécessite réflexion et une certaine connaissance du marché et des supports.

Il n’est vraiment pas prudent de se lancer à l’aveuglette ou sur un coup de tête, le risque de perte du capital existe réellement et il peut être élevé selon le support choisi.

Le choix d’un placement à fort rendement et donc à risque élevé doit faire l’objet d’une analyse approfondie, idéalement avec le concours d’un expert en la matière.

Mis à jour le 22 juillet 2020
avatar
Anthony Blaublomme
Chargé de marketing digital
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !