Logement étudiant : quels sont les frais à prévoir ?

Prendre un appartement quand on est étudiant entraîne des dépenses, Les frais d’agence, le loyer, les impôts, etc. constituent les principales sources de dépenses.

La recherche d’un logement étudiant

La recherche d’un logement étudiant répond à certains besoins : partir étudier dans une autre ville, désir d’indépendance, etc. Mais cela entraîne également des dépenses avant même d'emménager dans son futur logement. Différents types de logement étudiant sont proposés tels que :

  • Les résidences universitaires. Elles sont la plupart du temps la première option pour ce jeune public. Moins onéreuses et souvent bien équipées, elles sont cependant difficiles à obtenir.
  • Les résidences étudiantes privées. Possédant de multiples services à la fois dans les parties communes et privatives, elles nécessitent un budget plus important.
  • Les chambres chez des particuliers. Moins d’intimité et de confort, elles sont toutefois une option financièrement plus accessible et peuvent donner lieu à de belles rencontres.

Si vous choisissez de confier vos recherches à une agence immobilière, des frais d’agence sont demandés. Ces frais correspondent aux prestations engagées pour la visite du logement, la rédaction du bail, la constitution du dossier ainsi que l’entrée dans les lieux. Le montant peut varier selon la taille du logement ainsi que sa situation géographique.

Cependant, vous pouvez rechercher votre logement directement en ligne sans frais. En plus de la gratuité, véritable gain de temps, des sites spécialisés tel que location-etudiant.fr proposent de mettre en relation les internautes avec les résidences privées, les résidences universitaires, les particuliers, etc. en complétant simplement des dossiers de réservation.

Location-etudiant donne également aux étudiants la possibilité de s’informer, de connaître les dernières tendances du secteur, les nouveaux dispositifs d’aides financières dédiés aux étudiants comme l’Aide Personnalisée au Logement (APL) ou l’Allocation Logement à caractère Social (ALS) ou encore le dispositif Clé.

Une fois le logement trouvé, le premier poste de dépense à prévoir est le dépôt de garantie. Il est exigé à la signature du contrat de location. Réglementé par la loi, il ne peut excéder un mois de loyer hors charges (pour une location vide) ou à deux de loyer hors charges (pour une location meublée).

En sus de ces frais, la location d’un logement occasionne des coûts complémentaires. Petit tour d’horizon des différentes dépenses à prévoir pour bien évaluer son budget.

Les charges fixes ou « pré-engagées »

Les principales dépenses fixes sont liées au logement, aux assurances ou encore aux impôts. Elles se répètent régulièrement et sont difficilement compressibles. Elles sont impossibles à éviter sur une période souvent déterminée par contrat (bail, crédit, etc.). Dans la construction du budget, elles doivent être identifiées et considérées comme des priorités.

Bien évidemment, le loyer mensuel constitue la principale dépense. Au début de chaque mois, il doit être réglé au bailleur. S’additionnent au loyer mensuel, les charges locatives relatives à l'occupation du logement : l’eau, l'électricité, le chauffage, la téléphonie, Internet,... ainsi que les charges relatives aux parties communes de l’immeuble : nettoyage, entretien du jardin, enlèvement des ordures… Elles doivent être acquittées chaque mois en même temps que le loyer.

L’assurance habitation est obligatoire. Elle peut être réglée par mois ou par an. Elle permet de se protéger contre les dégâts occasionnés pendant toute la durée de la location (incendies, fuites d’eau, etc.). La plupart des assureurs proposent à leurs clients des assurances multirisques habitation (MRH).

La taxe d’habitation est un impôt local annuel qui doit être réglé par le locataire présent au 1er janvier dans le logement. Depuis 2018, elle est en baisse progressive et sa suppression sera effective en 2023.

Les dépenses courantes ou dépenses réductibles

Ces dépenses incontournables correspondent aux charges de la vie de tous les jours. Elles sont également essentielles, mais elles peuvent être plus facilement optimisées que les dépenses fixes.

L’alimentation figure en tête de liste.

Parmi ces dépenses, il faut également compter les matériels scolaires (livres, fournitures,…), les transports, la santé, les vêtements, l’entretien, l’hygiène et unanimement, les loisirs.

Les dépenses occasionnelles ou dépenses reportables

Par dépenses occasionnelles, on entend les dépenses à effectuer une fois que les charges fixes et les dépenses courantes ont été couvertes.

Pour un étudiant, ce sont surtout les frais liés à la recherche d’un autre logement étudiant plus convivial par exemple. Cela implique le premier loyer, le dépôt de garantie et les frais d’agence entre autres.

Enfin, les week-ends entre amis, les vacances en fin d’année, l’acquisition d’un permis de conduire, et l’achat d’un véhicule, le cas échéant doivent aussi figurer dans le budget prévisionnel.

Mis à jour le 5 mars 2020
avatar
Antoine Ortega
Growth Marketer
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !