1. Accueil
  2. Nos contenus partenaires
  3. Comment financer une reconversion professionnelle ?
  1. Accueil
  2. Nos contenus partenaires
  3. Comment financer une reconversion professionnelle ?

Comment financer une reconversion professionnelle ?

Comment financer une reconversion professionnelle ?

De plus en plus de salariés se tournent actuellement vers la reconversion professionnelle. Plus de liberté et d’indépendance, la possibilité de multiplier les revenus, le choix d’un métier de passion… Les motivations diffèrent d’une personne à une autre.

Il faut néanmoins savoir une chose : définir un projet de carrière et le financer ne sont pas choses faciles. Cela implique par exemple d’acquérir de nouvelles compétences. D’où l’intérêt de suivre une formation. Heureusement, il existe des dispositifs qui permettent de lever ce frein tout en accompagnant le virage professionnel de ces actifs de façon financière.

Dans cet article, découvrez 5 façons de financer votre reconversion professionnelle si vous êtes salarié.

Le compte personnel de formation (CPF)

Le compte personnel de formation ou CPF est sans conteste le dispositif de financement le plus connu. Accessible dès l’âge de 15 ans, il vous donne accès à des formations variées. Plus concrètement, les actifs sont dotés d’un portefeuille que les travailleurs peuvent utiliser en cas de reconversion professionnelle :

Le compte personnel de formation est renfloué de 500 euros par année travaillée. Toutefois, il est limité à 5000 euros. Précision importante : les travailleurs sont libres d’utiliser librement leur CPF.

Le plan de développement des compétences

Les entreprises peuvent créer un plan de développement de compétences (PDC), peu importe leur taille. Le but : former les travailleurs afin de développer davantage leurs compétences.

C’est l’employeur lui-même qui est à l’initiative des actions de formation, contrairement au CPF. Aussi, le PDC n’est pas obligatoirement externe. Il peut être interne. Autrement dit, il est possible d’évoluer au sein de son entreprise en changeant de métier. Toutefois, même si le PDC n’est pas le principal outil de la mobilité professionnelle, il peut jouer le rôle d’une stratégie de reconversion à long terme.

La formation se déroule durant le temps de travail. Le salarié conserve donc sa rémunération ainsi que sa protection sociale. Il peut s’adresser aux ressources humaines afin de connaître les formations proposées par l’entreprise.

Les transitions collectives

Les transitions collectives sont plus communément connues sous le nom de « Transco ». Ce dispositif met en relation les entreprises qui recrutent avec des entreprises en difficulté. Le but : permettre aux travailleurs dont l’emploi est menacé de trouver rapidement un emploi dans une société à la recherche de compétences.

Pour bénéficier de ce dispositif, il faut respecter certaines conditions :

  • Avoir travaillé au moins 2 ans (soit 1 an dans la même entreprise).
  • Exercer un emploi considéré comme fragilisé par les mutations.
  • Créer un dossier Transco avec son employeur.

Il incombe à l’employeur de fournir au salarié une autorisation de congé.

Le projet de transition professionnelle

Le projet de transition professionnelle (PTP) est un dispositif spécialement dédié à la reconversion professionnelle. Il permet aux travailleurs désireux de se reconvertir de bénéficier d’une formation certifiante dans un autre domaine. Ils ont également la possibilité d’évoluer dans leur entreprise d’origine. Pour ce faire, ils doivent mobiliser les droits dont ils disposent sur leur compte personnel de formation.

Le principal avantage du PTP réside dans le fait que les travailleurs gardent leur poste et leur rémunération pendant toute la durée de leur formation. Autrement dit, ce dispositif permet de profiter d’un congé spécifique afin de suivre un parcours de formation dont la durée ne dépasse pas 12 mois.

Bien évidemment, il faut répondre à certains critères pour en bénéficier. Par exemple, les travailleurs doivent justifier d’une certaine ancienneté au sein de leur entreprise :

  • au moins 12 mois pour les CDI.
  • 24 mois pour les CDD.

Il est aussi indispensable d’obtenir l’accord de l’employeur et la validation de la Transitions Pro de la région. Cet organisme a pour rôle d’évaluer les projets des travailleurs avant l’accord ou non d’un financement.

Le dispositif Pro-A

Le Pro-A est aussi appelé « dispositif de la reconversion » ou « promotion par l’alternance ». Il permet aux travailleurs de suivre une formation en alternance dans leur propre entreprise. À l’issue de la formation, ils obtiennent une certification. Bien entendu, ils conservent aussi leur poste.

Le dispositif Pro-A concerne spécifiquement les salariés peu qualifiés, c’est-à-dire qui disposent d’un diplôme inférieur à la licence (bac+3). Il est organisé en interne. Autrement dit, un autre salarié au sein de l’entreprise devient le tuteur. Il forme le bénéficiaire à de nouvelles compétences.

Note : le travailleur doit obtenir l’accord de son employeur, car c’est ce dernier qui finance sa formation grâce à l’aide des opérateurs de compétences (OPCO).

Publié le 15 octobre 2021
Partagez l'article
avatar
Experts et blogs immobiliers
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !
cover Pretto