Pourquoi faire construire une résidence secondaire ?

Un Français sur quatre envisagerait d’acquérir une résidence secondaire*. En 2018 déjà, plus de 10 % de nos compatriotes en possédaient une. Un engouement qui ne faiblit pas, voire qui s’accélère depuis le confinement et la crise sanitaire que nous traversons.

Désormais, nous sommes de plus en plus nombreux à rêver d’un lieu éloigné des centres-villes, qui posséderait un bout de jardin, dans un environnement calme.
*Source : sondage Orpi réalisé en juillet 2020

Le confinement aura eu cet avantage de nous faire réfléchir à nos priorités de vie. À savoir un endroit qui pourrait accueillir la famille, qui serait adapté au télétravail, mais qui permettrait surtout de s’échapper des centres urbains au moins le temps d’un long week-end.

Ainsi la résidence secondaire revêt de plus en plus d’importance. Les acheteurs ne la voient plus comme une simple maison de vacances, mais bel et bien comme un pied-à-terre facile d’accès, qui de surcroît susciterait des revenus locatifs lorsqu’elle n’est pas occupée.

Quels sont les avantages d’une résidence secondaire ?

Faire construire une résidence secondaire offre de nombreux bénéfices :
  • Elargir son patrimoine immobilier,
  • Profiter d’une région douce à vivre et qui permet une - revente facilitée du bien immobilier,
  • Se retrouver chez soi, loin des inconvénients et du côté impersonnel des chambres d’hôtel ou appartements loués pour l’occasion.
Le saviez-vous ?
  • 54% des personnes interrogées souhaiteraient une résidence secondaire en bord de mer
  • 25% à la campagne
  • 10% dans les villes

Faire construire une résidence secondaire

Les constructeurs de maisons individuelles sont ainsi nombreux à se positionner sur ce marché grandissant de la résidence secondaire. À l’instar d’IGC qui propose un accompagnement personnalisé à distance, et des maisons à la fois régionales et contemporaines, adaptées architecturalement parlant à leur emplacement (Charente-Maritime, Bassin d’Arcachon, Pays Basque etc).

Alors pour peu que vous vous décidiez pour une construction, sachez qu’une maison neuve ne requiert aucun travaux de rafraîchissement ou de rénovation (toujours compliqués à gérer quand on ne vit pas sur place), qu’elle est plus économe, plus performante énergétiquement, dotée de tout le confort thermique, acoustique, lumineux, ainsi que de matériaux à la pointe de la technologie.

Les frais à prévoir avec une maison secondaire

Enfin, une maison secondaire c’est aussi le moyen de s’octroyer des revenus locatifs réguliers. Mais il ne faut pas oublier que posséder une résidence secondaire ne vous dispense pas des frais inhérents, comme la taxe foncière, d’habitation et autres impôts locaux.

Car, que le logement soit occupé ou non, les taxes doivent être payées ! Il n’existe pas non plus d’exonération fiscale. Sauf si vous remplissez, de manière cumulative les deux conditions suivantes :

  • Louer une ou plusieurs chambres, façon chambres d’hôtes. Mais dans ce cas, il vous faut a minima fournir le petit déjeuner et le linge de maison, et assurer vous-même l’accueil,
  • Que l’ensemble des loyers ne dépassent pas 760 € par an.

Si vous souhaitez louer la maison quand vous n’y êtes pas, même si ce ne sont que quelques jours par an, il est obligatoire de déclarer les loyers et charges perçus, qui sont soumis à l’impôt sur le revenu et assujettis à la CSG, ainsi qu’à tous les autres prélèvements sociaux.

Nécessairement meublée, la location saisonnière se déclare dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Vous pouvez opter pour l’un ou l’autre des régimes déclaratoires : le réel ou le forfaitaire.

Ainsi si vous louez votre résidence secondaire de manière « classique », (c’est-à-dire non reconnu comme chambres d’hôtes, gîte rural, ou meublé de tourisme classé), vous bénéficiez automatiquement du régime forfaitaire, si vos recettes ne dépassent pas 72 600 € par an (ce qui est généralement le cas).

Sur ces recettes s’appliquent alors un abattement forfaitaire de 50 % (donc, seulement la moitié des loyers et charges doivent être intégrés à l’ensemble de vos revenus de l’année imposés).

Bon à savoir
Lors de la revente d’une résidence secondaire détenue depuis moins de 30 ans, la taxe sur la plus-value s’élève à 36.2%.
Mis à jour le 20 octobre 2020
avatar
Lucas Perret
Chargé de contenus digitaux
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !