1. Accueil
  2. Nos contenus partenaires
  3. Objectifs d’épargne des Français : l’immobilier parmi les placements préférés pour préparer l’avenir ?
  1. Accueil
  2. Nos contenus partenaires
  3. Objectifs d’épargne des Français : l’immobilier parmi les placements préférés pour préparer l’avenir ?

Objectifs d’épargne des Français : l’immobilier parmi les placements préférés pour préparer l’avenir ?

Objectifs d’épargne des Français : l’immobilier parmi les placements préférés pour préparer l’avenir ?

Malgré le contexte que nous avons connu en 2020, avec son lot de chamboulements et d’incertitudes, une récente étude de l’IEIF a montré que l’immobilier ressortait une fois de plus parmi les placements ayant le mieux résisté.

Selon une étude de l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) qui reprend le Baromètre AMF de l’épargne et de l’investissement, les Français investissent dans des produits d’épargne dans l’optique de répondre à deux objectifs principaux :
  • Se prémunir d’accidents de la vie et donc des dépenses imprévues, en constituant une épargne dite de « précaution » ;
  • Se constituer une épargne retraite de très long terme dans une logique d’investissement.
Pour atteindre ces objectifs, trois critères de choix interviennent dans le processus de décision des épargnants, qui sont le niveau de risque, de performance et de disponibilité des fonds.
  • Le risque : qu’il soit lié au produit, au marché ou à l’investisseur ;
  • La performance : en termes de rendement, c’est-à-dire le rapport entre le revenu obtenu et le montant placé, et en termes de valorisation du capital ;
  • La disponibilité des fonds : la possibilité de récupérer tout ou partie de l’épargne à tout moment.

Le Livret A, placement phare pour l’épargne de précaution à court terme

Le succès du Livret A ne faiblit pas au fil des années malgré un rendement qui n’a de cesse de diminuer. Il faut avouer qu’il a de sérieux atouts : son rendement est certain et non imposable, il offre une garantie sur le capital en plus d’une disponibilité immédiate des fonds.

Des caractéristiques qui ont une fois de plus séduit les Français en 2020, à plus forte raison poussés vers ce produit par un contexte hautement incertain : ce placement a enregistré une collecte record de 26,4 milliards d’euros placés en 2020.

Soit le double de ce qui avait été enregistré en 2019, alors même que la rémunération avait diminué, passant de 0,75% à 0,5% au 1er février 2020.

C’est donc le placement idéal pour répondre au premier objectif des Français, à savoir se prémunir d’accidents de la vie. Mais qu’en est-il pour le second objectif, celui de se constituer une épargne retraite à très long terme ?

À long terme, l’immobilier s’affiche comme un des placements privilégiés par les Français

Selon le Baromètre AMF de l’épargne et de l’investissement, les Français placent l’immobilier sous toutes ses formes en 3ème position parmi les placements qui leur semblent les plus adaptés pour un placement sur le long terme.

À horizon 10, 20 ou 30 ans, la question de la disponibilité des fonds devient beaucoup moins prégnante. Le choix d’un placement se fait donc beaucoup plus sur la base du rendement d’un côté et du risque de l’autre.

Sur 10 ans, 15 ans et 20 ans l’étude révèle que non seulement l’immobilier directe présente le TRI (taux de rendement interne) le plus élevé, en comparaison avec les autres placements, mais que cela vaut également pour toutes les déclinaisons d’actifs immobiliers. Ces derniers présentent de fait des niveaux de performances supérieurs à ceux des autres placements à l’image des Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI) qui affichent un TRI sur 20 ans de 9% . Voilà pour les rendements passés ; rappelons d’ailleurs que les performances passées ne sauraient préjuger des performances futures.

À Retenir
Le taux de rendement interne ou TRI est un indicateur permettant d’établir le taux de rentabilité annualisé sur une période donnée (le plus souvent, sur 5, 10, 15, ou 20 ans) en prenant en compte les revenus perçus, et l’appréciation ou la dépréciation d’une part (dont l’impact éventuel des frais). Cet indicateur renseigne sur la performance globale d’une SCPI.

Mais la perception des Français rejoint-elle ces faits ? Notamment en matière de risques, l’autre critère de décision.

Le risque est une dimension plus difficile à apprécier. Il existe une mesure chiffrée et suivie par les professionnels de la finance : la volatilité, qui mesure la variation dans le temps du prix d’un placement. Plus le prix varie souvent et fortement, plus il est volatil. Par exemple, les actions sont beaucoup plus volatiles que l’immobilier.

Mais le risque revêt aussi une dimension psychologique, propre à chaque épargnant. Il est alors intéressant de comparer une mesure chiffrée et académique du risque, à la perception qu’en ont les Français.

Entre risque, objectif et perception du risque par l’épargnant, il existe un décalage

En effet, les Français considèrent l’immobilier locatif direct comme plus sûr que les placements collectifs en immobilier (SCPI, OPCI). Le constat semble fondé pour les OPCI qui sont sujets à des variations importantes du fait de leur composition mêlant immobilier et valeurs mobilières (actions, obligations). Mais il en va autrement pour les SCPI. En effet, les SCPI « sont moins risquées que l’immobilier en direct car constituées d’un portefeuille d’actifs qui permet de diluer les risques ». Tout en rappelant que, comme tout placement dans l’immobilier, l’investissement en SCPI présente un risque de perte en capital et de liquidité.

Mais les perceptions évoluent et le succès croissant des SCPI ces dernières années en atteste. Ce placement attire de plus en plus de collecte et concerne aujourd’hui plus d’1 million d’associés en France, selon les derniers chiffres publiés par l’ASPIM.

Les SCPI, placement complémentaire à l’immobilier locatif

Les SCPI sont une façon d’investir en immobilier en mutualisant les risques par rapport à l’immobilier direct en disposant d’un patrimoine composé de nombreux immeubles, loués à de nombreux locataires.

De plus, en investissant en SCPI, les épargnants vont diversifier leur patrimoine. Au lieu de tout investir dans un ou plusieurs appartements situés dans la même ville, ils vont indirectement détenir des immeubles partout en France, voire en Europe, loués à des entreprises, des commerçants, etc..

Pourquoi investir en SCPI ?
Investir en SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) permet de profiter des avantages de l’investissement immobilier locatif sans les contraintes liées à la gestion locative, administrative et fiscale, qui est prise en charge par une société de gestion. En contrepartie, la société de gestion prélève une commission de gestion.

Couple risque & rendement

En conclusion, la clé est d’établir sa stratégie en fonction d’un équilibre souhaité entre le niveau de rentabilité attendue et son aversion au risque. On parle alors de « couple risque & rendement ».

En prenant en compte ces deux paramètres, il est possible d’identifier les placements volatils, c’est-à-dire dont la valeur peut évoluer rapidement et fortement et permettant ainsi de mesurer le risque d’un placement donné.

Et d’appliquer une méthode qui a fait ses preuves pour réduire la volatilité propre à un placement donné : diversifier vos placements. Ou comme le veut l’adage, en ne mettant pas tous vos œufs dans le même panier.

En diversifiant son épargne avec des SCPI, il est possible de vous constituer un patrimoine et de le diversifier pour préparer votre retraite, pour percevoir des revenus complémentaires le moment venu.

Mais il est important de rappeler que l’investissement en SCPI comporte un risque de perte en capital et de liquidité. Les performances passées ne sauraient préjuger des performances futures, et les éventuels dividendes peuvent varier à la hausse ou à la baisse.

Publié le 16 février 2022
Partagez l'article
avatar
Nos Partenaires
Experts et blogs immobiliers
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !
cover Pretto