Les obligations d’entreprise, stabilité et diversification de placement

Les obligations d’entreprise constituent une classe d’actifs offrant stabilité et visibilité sur un horizon d’investissement prédéfini.

Ces titres financiers permettent en outre de diversifier et de dynamiser le rendement d’un portefeuille.

Qu’est-ce qu’une obligation d’entreprise ?

Une obligation d’entreprise est un titre financier émis par une entreprise (appelée « l’émetteur » ou « l’emprunteur »).

Au même titre qu’une entreprise peut émettre des actions via une augmentation de capital, elle peut aussi émettre de la dette via une émission d’obligations.

Une obligation est souscrite par des investisseurs individuels ou institutionnels (appelés « les souscripteurs » ou « les obligataires »).

Formalisée par un contrat obligataire, elle engage l’émetteur à rembourser les souscripteurs et à leur verser des intérêts (appelés « coupons »).

Quelles sont les différentes formes d’obligations ?

Obligations cotées vs. Obligations non cotées

Les obligations cotées sur les marchés financiers sont émises par les très grandes entreprises.

Elles sont souscrites par des investisseurs institutionnels (banques, assureurs, fonds d’investissement) qui les revendent au détail via leur réseau et/ou qui les compilent dans des fonds communs sous forme d’assurances-vie par exemple.

Ces obligations offrent des rendements annuels compris entre 0 % et 5 % en moyenne pour des maturités longues (5-20 ans ou plus).

Les obligations cotées sont « au porteur », elles sont négociées sur les marchés financiers à l’achat / vente pendant toute leur durée de vie.

Les obligations non cotées sont émises par des plus petites entreprises (TPE, PME, ETI).

Elles sont souscrites par des investisseurs privés (fonds spécialisés, family office, investisseurs individuels, crowdfunding obligataire qui constituent ainsi directement leur propre portefeuille.

Ces obligations offrent des rendements annuels compris entre 5 % et 15 % en moyenne pour des maturités courtes (2-5 ans). Elles ont généralement vocation à être conservées en portefeuille jusqu’à leur maturité finale.

Les obligations non cotées sont « nominatives » (au nom du souscripteur) et achetées à l’émission, c’est-à-dire lorsque l’émetteur lance son emprunt obligataire.

Obligations simples vs. Obligations complexes

Les obligations simples sont remboursées à maturité (dites « obligations in fine ») ou par amortissements annuels selon un échéancier (dites « obligations amortissables ») et versent un taux d’intérêt fixe, préétabli à l’émission.

Les conditions sont ainsi figées, les intérêts et remboursements à recevoir sont connus dès le départ.

Les obligations complexes peuvent prendre plusieurs formes : obligations convertibles en actions, obligations à taux variable, obligations à coupons capitalisés etc, elles sont généralement utilisées pour des financements spécifiques d’entreprise et réservées à des investisseurs initiés.

Obligations simples : stabilité et rendement maîtrisé

Par leurs caractéristiques, les obligations simples sont les plus répandues. Auprès des investisseurs institutionnels mais aussi des investisseurs individuels qui peuvent bénéficier de taux attractifs et d’une stabilité de revenus.

Le rendement d’une obligation simple est défini par les intérêts qu’elle procure.

Appelés coupons, les intérêts sont contractuellement fixés à l’émission dans le contrat obligataire.

Le taux de coupon est exprimé en pourcentage annuel de la valeur nominale de l’obligation, défini dès le départ et fixe pendant toute la durée de vie des obligations.

C’est ainsi que les obligations simples permettent de connaître à l’avance le rendement attendu de l’investissement grâce au contrat d’émission qui fixe les termes et conditions dont notamment :

  1. Le taux de coupon : taux d’intérêt calculé sur le montant investi
  2. La périodicité de versement des coupons : mensuel, semestriel, annuel
  3. La date de maturité finale : fin de vie des obligations
  4. Les modalités de remboursement : échéancier de remboursement in fine ou par amortissements

Et c’est là tout l’avantage d’une obligation : connaître à l’avance le rendement et l’horizon de son investissement, bénéficier d’une stabilité de revenus et un confort de placement toujours appréciable dans la gestion de portefeuille.

Plusieurs simulateurs existent, ils permettent de visualiser le rendement d’un investissement.

Et lorsque les rendements offerts sur les obligations non cotées atteignent 5 % à 15 % par an, le portefeuille n’en est que plus dynamique et rémunérateur.

Note : il est rappelé que tout investissement financier présente des risques de perte. Il est important d’investir de manière mesurée et diversifiée.

Mis à jour le 25 juin 2020
avatar
Anthony Blaublomme
Chargé de marketing digital
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !