Devenir courtier immobilier - Formation et carrière

L’immobilier représente l’un des investissements les plus coûteux dans une vie. Ce type de projet est donc à mener avec prudence. Dans ce contexte, faire appel à un courtier en immobilier serait à la fois rassurant mais aussi avantageux.

Pour information, bien qu’il soit assez récent et en plein essor, le métier de courtier est de plus en plus convoité : il appartient à l’un des secteurs les plus dynamiques en France !

Ce que vous devez savoir sur le métier de courtier immobilier

Un courtier immobilier est en fait un intermédiaire entre les personnes souhaitant faire une demande de prêt et les banques. Etant donné qu’il dispose d’un large réseau de partenaires bancaires, son rôle sera de négocier, pour vous, les meilleures conditions de financement.

Pour ce faire, vous devez fournir tous les éléments nécessaires afin qu’il soit en mesure d’étudier votre projet et d’analyser votre profil afin de vous accompagner au mieux dans la concrétisation de votre projet. De plus, en tant qu’expert, il saura comment optimiser votre dossier afin qu’il soit mis en valeur auprès des banques.

La bonne nouvelle, c’est que le courtier ne facture votre projet immobilier uniquement si celui-ci aboutit, soit seulement à partir de l’étape du déblocage des fonds par la banque. Quant au montant de ses honoraires, il s’élève à 1 % du montant emprunté.

Bien que la profession soit attrayante, certaines compétences professionnelles et humaines sont requises pour en faire votre métier, à proprement dit.

Devenir courtier grâce à la formation

Dans un premier temps, il est important d’avoir en tête que le métier de courtier immobilier est une profession assez réglementée. Ainsi, pour être en capacité légale d’exercer, un courtier doit obligatoirement avoir effectué une formation IOBSP et être enregistré à l’ORIAS (Organisme responsable du contrôle des compétences du professionnel).

Pour pouvoir être habilité IOBSP, il suffit d’obtenir, à minima, un diplôme Bac+2 en finance, banque ou assurance. A la suite de vos études, il est possible de travailler rapidement, notamment en tant que courtier indépendant.

Cependant, on vous conseille fortement de débuter dans une entreprise de courtage ou une agence immobilière afin de vous familiariser davantage avec l’univers professionnel des courtiers.

Devenir courtier par validation des acquis de l'expérience

Si le niveau d’études n’est pas suffisamment élevé et que vous aspirez à faire ce métier, il est totalement possible de se tourner vers l’habilitation par validation des acquis de l’expérience.

Ci-dessous, les conditions d’accès à la profession :

  • au moins 2 ans en tant que cadre au cours des 3 dernières années précédant l'immatriculation à l'ORIAS.
  • au moins 4 ans en tant que non cadre au cours des 5 dernières années précédant l'immatriculation à l'ORIAS.

Par exemple, avec une expérience professionnelle suffisante dans des fonctions liées à la réalisation d'opérations de banque, vous êtes en mesure d'accéder à la profession.

Différents types de courtiers

Une fois sa formation en poche, le courtier peut opter pour :

  • le courtage en tant que salarié
  • le courtage en tant qu’indépendant
  • le courtage en tant que franchisé

Le courtier en tant que salarié

Être courtier dans un cabinet est plus sécurisant et vous permet l’accès à un solide portefeuille de clients. La rémunération est assurée tous les mois et peut être complétée par une prime de rendement selon les performances.

S’ajoute à cela, un encadrement managérial qui est vecteur de motivation pour certains.

Au sein du cabinet, le courtier va bénéficier des données relatives aux tendances du marché et aux opportunités du moment (En termes de ciblage des produits d’assurance par exemple) qu’il n’aura pas à chercher lui-même, ce qui représente un gain de temps considérable.

Enfin, en ce qui concerne les perspectives d’évolution, il est possible de se voir attribuer des responsabilités grandissantes et d’évoluer ainsi au sein de sa structure.

Le courtier en tant qu’indépendant

Le statut d’indépendant, quant à lui, attribue l’ensemble des responsabilités au courtier.

C’est en effet à lui d’effectuer tout le travail de recherche en amont, trouver ses clients mais aussi assurer l’exécution de l’ensemble des tâches administratives.

Bien que le courtier ne soit pas assuré d’un revenu régulier, il peut enregistrer des revenus plus importants qu’en tant que salarié s’il dispose ou se crée un bon portefeuille client !

Le courtier en tant que franchisé

Le courtier franchisé dispose des mêmes avantages et inconvénients que l’indépendant.

Il peut néanmoins s’appuyer sur sa tête de réseau pour se faire accompagner sur la veille, le suivi de ses dossiers ou encore sur ses tâches administratives.

Adhérer à de tels réseaux de courtier permet de bénéficier de l’expertise de ce dernier tout en sécurisant son activité professionnelle.

En synthèse, il est préférable pour un courtier nouvellement diplômé de commencer en tant que franchisé ou dans un cabinet de courtage car il pourra bénéficier de l’accompagnement d’experts tout en limitant les risques.

Conclusion

Pour devenir courtier immobilier, vous pouvez soit faire des études dédiées, bénéficier d'une formation professionnelle ou valider vos acquis par l'expérience.

Suite à cela, vous avez le choix entre devenir courtier salarié, indépendant ou franchisé. Votre choix se fera après l’évaluation des avantages et inconvénients de chacun des statuts.

Quant à la rémunération, elle varie selon votre statut mais elle dépend principalement de votre réseau bancaire et de la qualité du portefeuille clients que vous parvenez à vous créer sur le long terme.

Mis à jour le 25 mars 2021
Partagez l'article
avatar
Experts et blogs immobiliers
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !