Comment bien choisir son syndic de copropriété ?

Le syndic de copropriété est un organe essentiel dans un immeuble puisque c’est lui qui administre les parties communes de celui-ci. Voici quelques conseils pour bien le choisir.

Rappel : le rôle central du syndic de copropriété

Pour rappel, le syndic de copropriété a un rôle central dans l’immeuble. Il représente le syndicat des copropriétaires, c’est-à-dire l’ensemble des copropriétaires d’un immeuble. Sa mission principale est de veiller à la bonne gestion des parties communes du bâtiment.

À travers sa mission, il doit notamment :

  • Convoquer au moins une assemblée générale par an pour voter le budget prévisionnel de l’année à venir et clôturer les comptes
  • Veiller au respect des décisions prises en assemblée générale
  • Veiller au bon respect des dispositions du règlement de copropriété
  • Tenir la comptabilité et les finances de la copropriété
  • Convoquer des travaux urgents s’ils s’avèrent nécessaires pour préserver la salubrité de l’immeuble.

Il est donc important de bien choisir son syndic de copropriété. Si votre syndic actuel ne vous satisfait pas, sachez que vous pouvez changer facilement de syndic lors de l’assemblée générale annuelle en mettant d’autres devis de syndics à l’ordre du jour.

Important
Pour justifier votre demande de changement de syndic, nous vous recommandons de ne pas voter le quitus au syndic, qui sert à approuver la gestion du syndic en place.

Choisissez le bon modèle de syndic

Tout d’abord, il est important de se questionner sur le modèle de syndic de copropriété à privilégier. En effet, vous ne le savez peut-être pas mais le syndic de copropriété peut prendre trois formes différentes :

Le syndic peut être professionnel : c’est le modèle le plus répandu, c’est lorsqu’on fait appel à une société tierce, appelée cabinet de syndic, pour gérer sa copropriété.

Attention ! Pour exercer légalement la profession de syndic, le cabinet doit posséder une carte professionnelle et une garantie financière.

Le syndic peut être bénévole : c’est lorsqu’un seul copropriétaire est élu en qualité de syndic. Si cette alternative est évidemment économique, elle peut être chronophage pour le syndic en place.

Le syndic peut être coopératif : c’est l’alternative qui semble la plus vertueuse. Ici, un ensemble de copropriétaires, généralement le conseil syndical, gère la copropriété. Le président du conseil syndical exerce la qualité de syndic. Comme les tâches sont réparties entre les conseillers syndicaux, la gestion de la copropriété est moins chronophage. Par ailleurs, le modèle coopératif permet de réaliser des économies pérennes sur les charges de copropriété tout en gagnant en transparence et en proximité avec les autres copropriétaires.

Bon à savoir
Des plateformes de gestion accompagnent les syndics coopératifs pour leur faire gagner du temps dans la gestion de l’immeuble et prendre le relai sur les tâches plus complexes : travaux, gestion des impayés, renégociation des contrats, etc.

Faites attention au prix et aux frais annexes

Si vous optez pour un syndic professionnel, regardez bien les honoraires de syndic qui vous sont proposés.

Mais attention ce n’est pas tout ! Les syndics professionnels facturent en supplément des frais annexes pour tout type des prestations supplémentaires.

Voici quelques exemples :

  • Si votre assemblée générale dépasse 18h
  • Si vous convoquez une assemblée générale extraordinaire
  • Si vous faites des travaux, le syndic prendra une commission sur ces travaux de l’ordre de 4 % en moyenne
  • Si vous avez des impayés, le syndic vous facturera la gestion de ces impayés, etc.

Il est donc important d’évaluer le coût de ces frais annexes pour voir l’impact que le nouveau syndic pourrait avoir sur vos charges de copropriété.

Misez sur un syndic proche de vous

Un syndic proche de vous sera plus à même de vous comprendre et de réagir en cas de problèmes dans la copropriété.

C’est pourquoi, nous vous recommandons de miser sur un syndic local si vous optez pour un syndic professionnel.

Sinon, le modèle du syndic coopératif se révèle là aussi être une alternative pertinente. En effet, quoi de plus local que des copropriétaires qui vivent dans le même immeuble que vous ? Bien souvent, les syndics coopératifs sont très efficaces car ils sont à l’écoute des besoins des copropriétaires. L’ambiance dans l’immeuble est ainsi apaisée et plus conviviale.

Vérifiez les clauses et la conformité du contrat de syndic

Si vous décidez d’opter pour un syndic professionnel, celui-ci va vous remettre une proposition de contrat. Tout d’abord, il vous faut vérifier la conformité du contrat de syndic avec la loi. C’est le décret du 2 juillet 2020 qui a fait évoluer le contrat type. Il est valable pour tous les contrats conclus postérieurement au 4 juillet 2020.

Ensuite, pensez bien à jeter un coup d’œil aux clauses du contrat de syndic notamment pour vérifier quelles sont les prestations incluses dans les honoraires annoncés. Vous pouvez également poser la question des frais annexes afin d’avoir une idée du budget à allouer au syndic de copropriété.

Mettez en concurrence votre syndic pour faire le bon choix

En cas de changement de syndic, il est obligatoire de mettre en concurrence votre syndic actuel. Non seulement cela est rendu obligatoire par la loi mais en plus cela est essentiel pour vous permettre de faire le bon choix et de voir quelle proposition peut répondre le mieux aux besoins de votre copropriété.

Bon à savoir
Lors de la mise en concurrence, vous devez apporter au moins deux propositions de devis différentes de celle de votre syndic actuel.
Mis à jour le 2 novembre 2020
avatar
Lucas Perret
Chargé de contenus digitaux
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !