Assurance Vie, 5 astuces pour bien investir

Dans le cadre d’un contrat d’assurance-vie, choisir comment placer votre épargne est une étape cruciale. En effet, avec un attrait de plus en plus important pour les unités de compte et un rendement des fonds en euros en baisse, bien investir n’est pas toujours évident.

Quel horizon choisir ? Quel est le meilleur type de gestion ? Est-ce un bon choix d’investir dans l’immobilier avec son contrat d’assurance-vie ? Quels sont les placements les plus performants ? Autant de questions auxquelles nous répondons grâce à 5 astuces pour bien investir en 2021.

L’accord avec son profil de risques

Il est obligatoire pour les banques et assurances d’établir un profil de risques pour chacun de leurs clients sous peine d’amendes. Ce profil de risques, aussi appelé Scoring est exigé par le régulateur de l’activité des banques et assurances, l’ACPR et est basé sur :

  • l’horizon de placement
  • l’origine des fonds
  • le niveau de connaissance du marché
  • les objectifs souhaités

Être en adéquation avec son profil de risques est primordial dans le cadre d’un placement quel qu’il soit afin d’éviter toute perte de capital.

La diversification : la clé d’un bon placement

Quelles classes d’actifs choisir ?

Il existe une multitude de possibilités concernant les investissements en assurance-vie et comme le dit l’adage, « il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier ». La diversification de vos choix en termes de classes d’actifs vous permettra d’assurer une meilleure maîtrise du couple rendement/risque.

Si les fonds en euros vous assurent un capital garanti puisque les intérêts perçus sont définitivement acquis, leur rendement est néanmoins en baisse ces dernières années. Il serait donc tentant d’investir en unités de compte, qui sont des actifs plus dynamiques mais également plus volatiles. Une perte en capital est possible. Il est donc conseillé de ne pas investir plus de 10 à 20 % de votre patrimoine en actions.

Si vous souhaitez investir dans l’immobilier sans avoir à investir directement dans un bien physique, vous pouvez penser aux investissements pierre-papier qui permettent d’acquérir des parts ou des actions de sociétés qui investissent dans l’immobilier. Vous pourrez diversifier vos placements grâce aux Sociétés Civiles Immobilières (SCI), Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI) ou encore aux Organismes de Placement Collectif en Immobilier (OPCI).

Enfin, si vous portez une attention particulière au respect de l’environnement, vous pouvez investir dans des fonds ISR (Investissement Socialement Responsable), qui permettent une performance légèrement supérieure tout en respectant l’environnement.

Les différents types de gestion

Lors d’un placement en assurance-vie, vous avez le choix entre plusieurs types de gestion :

  • la gestion libre, qui vous permet de choisir vous-même la répartition de chacune des valeurs de votre portefeuille.
  • la gestion sous mandat, qui certes a un coût supplémentaire mais vous permet de bénéficier des services d’un professionnel qui s’occupera lui-même de l’allocation financière de vos placements
  • la gestion conseillée, qui permet d’obtenir des conseils de la part d’un professionnel, vous permettant cependant de choisir vous-même si vous décidez de les suivre ou non
  • la gestion à horizon, adaptée aux épargnants ayant une stratégie à long terme puisque la répartition du capital évoluera dans le temps en fonction du profil de risques du souscripteur et de son âge.

Les critères géographiques

Enfin, il est important de diversifier les zones géographiques de vos placements ; n’hésitez pas à placer une partie de votre capital dans des fonds aux Etats-Unis, dans d’autres pays d’Europe ou encore en Chine.

En choisissant d’investir dans différentes zones géographiques, le risque est donc réparti; vos placements pourront échapper aux potentielles crises économiques de chaque pays, assurant ainsi une protection de votre investissement.

Lisser ses points d’entrée

Il est fortement conseillé de ne pas investir toute votre épargne d’un seul coup et donc de lisser vos points d’entrée. Entrer sur les marchés financiers en plusieurs fois vous permettra donc de lisser le risque de perte afin d’obtenir un rendement plus élevé.

Ainsi, vous pourriez par exemple répartir vos versements en 5 ou 6 fois sur un ou deux ans. Privilégiez des versements réguliers plutôt que des One Shot.

Il en va de même pour les arbitrages, on n’arbitre pas tout d’un coup mais plutôt en plusieurs fois.

La qualité des fonds en euros

Les nouveaux fonds en euros

Avec la baisse de rendement des traditionnels fonds en euros, de nouveaux fonds ont vu le jour, notamment grâce à internet, qui permettent d’obtenir un rendement jusqu’à 50 % supérieur à celui du marché.

Certains grands assureurs ont d’ailleurs créé de nouveaux fonds en euros, permettant d’investir dans l’immobilier ou encore d’obtenir des fonds mixtes, alliant actions et obligations. Ces fonds offrent donc une certaine garantie tout en assurant une gestion dynamique puisque ces nouveaux fonds ont pu offrir jusqu’à 4 % de rendement depuis leur création.

Les meilleurs fonds en euros traditionnels ont rapporté en 2020 jusqu’à 2 % nets de frais de gestion.

Le bonus de revalorisation

Les bonus de rendement sur les fonds en euros permettent aux assureurs et aux souscripteurs de s’accorder dans la gestion des contrats. Si les souscripteurs souhaitent avoir un rendement garanti, les assureurs eux, souhaitent les pousser vers les unités de compte qui sont plus rémunératrices.

Les bonus de rendement permettent donc aux souscripteurs de bénéficier d’un taux plus élevé sur leurs fonds en euros en fonction de la part qu’ils ont investie en unités de compte.

Par exemple, Cardif garantit un Bonus sur le fonds en euros de +0,40 % sur 2021 et 2022 si l’assuré est investi à plus de 40 % sur des unités de comptes.

La gestion des frais liés au contrat d’assurance-vie

Les frais de versement

Ces derniers sont variables suivant l’établissement choisi pour la souscription du contrat ainsi que le contrat souscrit. La tendance de ces frais est à la gratuité pour les versements inférieurs à 200 000€ puisqu’il règne sur ce marché une très forte concurrence.

Les frais de gestion

Les frais de gestion sont prélevés annuellement sur les primes nettes de frais de versement. Ces frais devraient dans l’idéal être inférieurs à 0,8 % mais un taux plus élevé peut être acceptable si la performance nette de frais de gestion est bonne.

Les frais d’arbitrage

Ces frais sont appliqués aux contrats multisupports et permettent de modifier l’allocation des fonds suivant les variations des marchés. Afin de garder une performance et un rendement relativement élevés, les frais d’arbitrage doivent être les plus proches de 0.

Mis à jour le 29 mars 2021
Partagez l'article
avatar
Experts et blogs immobiliers
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !