Assurance prêt immobilier

La quotité de l’assurance de prêt immobilier

Une quotité se définit comme une quote-part : pour l’assurance de votre emprunt immobilier, c’est la part du prêt sur laquelle elle s’engage à vous couvrir. Ce terme un peu barbare désigne en réalité quelque chose d’assez instinctif. Grossièrement, il s’agit de répondre à la question suivante : si je meurs, quel pourcentage du capital restant dû est pris en charge par l’assurance ?

En fonction de votre situation, la banque peut exiger une certaine quotité. Et sachez que c’est vous, en accord avec votre assureur, qui en déterminez le montant. Cela vous inquiète ? Rassurez-vous, à la fin de cet article, la quotité n’aura plus de secrets pour vous !

1. La quotité d’assurance, comment ça marche ?

La première chose à savoir est que la question de la quotité ne se posera pas de la même manière si vous empruntez seul ou à plusieurs (généralement à deux).

Attention, par ailleurs, nous utilisons dans cet article l’exemple du décès ou de l’invalidité totale pour rendre l’explication plus simple. En effet, pour ces deux garanties, l’assurance rembourse la totalité du capital restant dû à la banque. Mais gardez en tête que la quotité s’applique à la totalité des garanties, y compris celles où l’assurance rembourse de manière indemnitaire.

La quotité d’assurance de prêt immobilier si vous empruntez seul

Principe de base : vous devez assurer votre prêt au minimum à 100 %. Cela signifie qu’en cas de décès, la banque est certaine de voir le prêt remboursé puisque l’assurance prend totalement en charge les mensualités de la personne décédée.

Quand vous empruntez seul, la question ne se pose donc pas : vous devez être assuré à 100 %.

La quotité de l’assurance de prêt immobilier si vous empruntez à plusieurs

Si vous empruntez à plusieurs en revanche, la question se posera différemment. Vous devez toujours assurer votre bien au minimum à 100%, mais vous pouvez répartir le risque entre les co-emprunteurs.

Si vous empruntez à deux, la quotité de l’assurance est donc forcément comprise entre 100 et 200 %. Sachez cependant que le montant de la quotité est complètement indépendant de votre régime matrimonial. Ce n’est pas parce que vous êtes au régime de la communauté universelle que vous devez forcément assurer le prêt à 50/50. Vous pouvez choisir de faire porter un risque plus important sur une personne : 40/60 ou 70/30 par exemple.

Par ailleurs, rien ne vous oblige à respecter l’assurance à 100 % ! Vous pouvez choisir de vous assurer à 100/50, par exemple, ce qui vous fait une couverture totale de 150 %.

Le montant de la quotité reste votre choix, en accord avec l’assureur.

2. Comment choisir la quotité de son assurance de prêt immobilier?

La principale question à se poser pour déterminer la quotité est de savoir si, en cas de décès de l’un des deux emprunteurs, l’autre personne peut assumer la mensualité qui reste. Il faut donc savoir combien rembourse l’assurance, mais aussi prendre en compte les éventuelles augmentations de charges qui s’ensuivent.

Prenons pour la suite de cet article un exemple purement fictif. M. Holmes et M. Watson souhaitent acheter ensemble un bien (situé au 221b rue des boulangers à Paris) et ils se posent la question de la quotité.

La quotité de l’assurance de prêt immobilier si le risque est équilibré

La première répartition que vous proposera l’assurance est de 50/50. C’est à dire que si M. Holmes décède, l’assurance prend en charge 50 % du capital restant dû. M. Watson continue à rembourser la moitié des mensualités.

Cette répartition est intéressante si les revenus des deux co-emprunteurs sont similaires.

La quotité de l’assurance de prêt immobilier si le risque est déséquilibré

Mais il se peut aussi que M. Watson gagne mieux sa vie que M. Holmes. Dans ce cas, ils peuvent décider de faire peser la quotité maximum sur M. Watson, car en cas de décès, M. Holmes ne pourrait pas supporter de rembourser les mensualités à hauteur de 50 %.

La quotité de l’assurance de prêt immobilier maximale : la couverture à 100 % sur chaque tête

Une dernière solution serait d’assurer les deux co-emprunteurs à hauteur de 100 %. Dans ce cas, si l’un des deux décède, l’assurance rembourse la totalité du capital restant dû. L’autre personne assurée ne continue pas à rembourser le prêt puisqu’il est soldé.

Imaginons que M. Watson et M. Holmes aient emprunté 278 000 euros pour acheter leur bien sur 20 ans, et qu’un décès survienne alors qu’il leur reste encore 150 000 euros à rembourser. Voyons l’intervention de l’assurance en fonction des différentes répartitions évoquées plus haut :

Quotité Décès Remboursement de l’assurance Montant restant à rembourser
Holmes : 50 %

Watson : 50 %

Total : 100 %

M. Holmes 150 000 * 50 % = 75 000 € 150 000 * 50 % = 75 000 €
Holmes : 70 %

Watson : 30 %

Total : 100 %

M. Holmes 150 000 * 70 % = 105 000 € 150 000 * 30 % =

45 000 €

Holmes : 70 %

Watson : 30 %

Total : 100 %

M. Watson 150 000 * 30 % = 45 000 € 150 000 * 0,70 % = 105 000 €
Holmes : 80 %

Watson : 50 %

Total : 130 %

M. Holmes 150 000 * 80 % = 120 000 € 150 000 – 120 000 = 30 000 €
Holmes : 100 %

Watson : 100 %

Total : 200 %

M. Holmes 150 000 * 100 % = 150 000 € Il ne reste rien à rembourser

3. La quotité change-t-elle le coût de l’assurance de prêt immobilier ?

L’influence de la quotité sur le coût de l’assurance de prêt immobilier

Évidemment, en fonction des différentes couvertures, le prix de votre assurance varie. Plus la couverture sera élevée, et plus le coût de l’assurance augmente, c’est plutôt logique.

Le montant assuré, sur lequel l’assurance base son calcul des mensualités, se définit en effet de la manière suivante :

    \[\ montant\ assur \acute{e}\ = \ capital\ emprunt\acute{e}\ * \ quotit\acute{e}\]

La question est donc de savoir si l’augmentation de coût induit par une couverture plus importante se justifie à vos yeux.  

Nos conseillers sont des experts de l’assurance et du prêt immobilier, n’hésitez pas à faire une simulation sur notre site pour étudier l’assurance qui convient le mieux à votre situation !

Pouvez-vous changer la quotité de votre assurance ?

Si vous souhaitez modifier votre quotité à la hausse, il vous suffit d’indiquer votre besoin à votre assureur, qui vous fera alors parvenir de nouveaux tarifs.

Mais attention : ce changement peut entraîner de nouveaux examens médicaux, ce qui peut se solder par une hausse de vos cotisations (ne serait-ce que parce que vous êtes plus âgé).

Si vous souhaitez faire baisser votre quotité en revanche, c’est beaucoup plus compliqué à faire accepter à la banque et l’assureur. Vous devrez vous munir d’une lettre de la banque qui vous y autorise.

Si vous souhaitez modifier les quotités, le plus simple reste encore de changer d’assurance. Vous disposez pour cela de plusieurs possibilités :

    • si vous avez souscrit votre contrat depuis moins d’un an, vous bénéficiez de la loi Hamon qui vous permet de changer d’assureur quand vous le souhaitez au cours de la première année
    • au delà de la première année en revanche, vous bénéficiez de la loi Sapin : vous pouvez changer de contrat d’assurance tous les ans à la date anniversaire de votre contrat

A retenir

la quotité définit la répartition de la couverture de votre assurance

elle doit être au minimum de 100 %, mais vous pouvez la répartir comme vous le souhaitez si vous empruntez à plusieurs

changer de quotité en cours d’emprunt est compliquée, prenez donc le temps d’évaluer les risques

Découvrez le guide de l'acheteur

Soyez prêt pour votre premier achat immobilier.
Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !

Merci !

Le Guide de l'achat immobilier vous attend dans votre boîte mail.

À bientôt !

cover ebook Pretto