Vendre ma maison ou mon appartement : combien ça coûte ?

Tout comprendre des frais liés à la vente de sa maison ou de son appartement. Découvrez comment économiser sur ces dépenses.

Honoraires de l’agence immobilière à la charge du vendeur

Parmi les frais immobiliers auxquels le vendeur ne peut échapper figurent les honoraires de l’agence immobilière. Il faut distinguer les frais d’agence traditionnels et les frais d’agence fixes. Dans le premier cas, le plus courant, un montant compris entre 3 et 10 % du prix de vente total devra être versé à l’agence au titre de commissions. Ces honoraires sont à régler une fois que la signature du contrat de vente définitif a été effectuée chez le notaire. En moyenne, ces frais immobiliers sont estimés à 12 000 euros par vente. Certaines agences en ligne comme Homki immobilier proposent désormais des frais d’agence fixes qui permettent de réaliser de vraies économies. Avec une commission fixe de 2590 euros par transaction immobilière, des économies importantes peuvent être réalisées quand il s’agit de vendre sa maison ou son appartement.

Frais de notaire à la charge de l’acheteur

En matière de frais immobiliers, de nombreuses dépenses sont à prévoir pour vendre une maison ou bien un appartement. Les frais de notaire (parfois appelés « frais d’acquisition ») sont quant à eux à la charge de l’acheteur. D’un montant correspondant environ à 8 % du bien acquis, ils sont à verser au notaire à l’issue de la transaction. Ces frais comprennent les droits de mutation, variables en fonction du prix du bien immobilier, qui sont collectés par le notaire puis reversés au Trésor Public. S’y ajoutent les émoluments du notaire à proprement parler, qui sont là encore proportionnels au montant du bien acheté.

Les impôts locaux

Pour vendre une maison ou un appartement, le montant des impôts locaux à payer est également à considérer. Ces frais sont répartis par le notaire entre l’acheteur et le vendeur. Les taxes de l’année en cours sont à la charge du vendeur. Pour la taxe foncière, une répartition des frais est prévue en fonction du jour de la vente. Le montant des différents impôts (taxe foncière ou d’enlèvement des ordures ménagères par exemple) à payer pour une maison varie d’une ville à l’autre.

Les charges de copropriété

Afin de maîtriser vos dépenses concernant un bien à vendre, il ne faut pas oublier d’intégrer les charges de copropriété dans votre budget. Ces frais immobiliers sont à verser au syndic par la personne étant légalement copropriétaire lorsque survient leur date d’exigibilité. L’acte de vente fixe dans la plupart des cas la répartition des charges entre l’acheteur et le vendeur. Ces différentes dépenses concernent le fonctionnement et l’entretien de l’immeuble où se situe le logement faisant l’objet de la transaction. Il s’agit de tantièmes de charges, correspondant à la quote-part à payer pour chaque copropriétaire. Les charges prévisionnelles sont aussi à compter, elles peuvent être réparties par contrat entre vendeur et acquéreur.

Travaux votés en assemblée générale de copropriété

Pour un appartement à vendre dans un immeuble en copropriété, d’autres frais entrent en ligne de compte. Il s’agit des dépenses correspondant aux travaux votés en assemblée générale de copropriété. Leur financement est à faire par la personne qui est copropriétaire lorsque les appels de fonds doivent être réglés. Par conséquent, c’est bien le vendeur qui devra s’acquitter du montant des travaux votés avant le compromis de vente. Cette mention figure généralement sur l’acte de vente pour plus de clarté. Pour les travaux votés entre le compromis et l’acte authentique, les dépenses sont là encore à la charge du vendeur. Il ne faut donc pas négliger ces dépenses dans votre budget en cas de vente. Deux exceptions existent toutefois. Après le compromis de vente, le vendeur peut donner à l’acquéreur le droit d’assister à l’assemblée générale par le biais d’une procuration. Il votera alors à sa place et prendra en charge les travaux convenus. Le vendeur et l’acheteur peuvent aussi convenir par contrat de la prise en charge de ces dépenses.

Les frais de déménagement

Les vendeurs de biens immobiliers oublient bien souvent de compter les frais annexes comme les dépenses liées au déménagement dans leur budget. En effet, il peut s’agir là de dépenses importantes en fonction du volume des biens à transporter et de la distance à parcourir. Pour déménager le mobilier et les biens personnels d’une maison de plain-pied, un budget de 2500 à 3500 euros est à considérer pour un déménagement sur une longue distance réalisé par des professionnels. Il est possible de compter ces frais à la baisse dans certains cas (entre 700 et 1200 euros pour déménager les biens d’un appartement vers une localité proche). Ces dépenses sont à calculer dans tout budget prévisionnel.

Comment économiser sur ces dépenses?

Il existe plusieurs moyens de limiter vos frais immobiliers. La vente d’une résidence principale est exonérée d’impôt sur la plus-value. Pour les propriétaires de plusieurs logements, il est très avantageux de s’installer dans le bien à vendre pour en bénéficier. Une exonération d’impôt est également pratiquée pour les vendeurs qui souhaitent trouver preneur pour une résidence secondaire afin d’acquérir une résidence principale. Enfin, des économies substantielles sont possibles en privilégiant les agences proposant des commissions fixes comme Homki immobilier à la place des commissions variables. De cette manière, un gain compris entre 5000 et 30 000 euros est envisageable. Pour vendre sa maison ou son appartement dans les meilleures conditions, il est important de bien se renseigner en amont sur le fonctionnement des agences immobilières.
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !