Qui sont les acheteurs immobiliers à Nantes en 2020 ?

Qui sont les acheteurs immobiliers à Nantes en 2020 ?

Après avoir dressé le portrait des acheteurs immobiliers en 2020, nous avons décidé de nous intéresser aux profils des acheteurs en région. Focus sur la Cité des Ducs : Nantes !

Entre l'application du taux d'endettement à 33 % recommandé par le HCSF et le Covid-19, les acteurs du financement immobilier ont dû fortement s'adapter au premier semestre 2020. Dans ce contexte, nous dressons le portrait-robot des acheteurs à Nantes en 2020, pour leur achat de résidence principale, secondaire ou la réalisation d'un investissement locatif. Nous sommes appuyés sur plus de 4 000 simulations de prêt immobilier réalisées sur notre site du 1er janvier au 31 décembre 2020.
Nous nous intéressons également à leur finançabilité, grâce à notre indicateur propriétaire, l'indice de finançabilité (dont on vous parle ici). Il mesure le nombre de projets, parmi toutes les simulations réalisées sur notre site, qui sont évalués comme finançables.

298 000 €, prix moyen d'une résidence principale à Nantes

Les acheteurs de résidence principale à Nantes - données Pretto
Les acheteurs de résidence principale à Nantes - données Pretto

En 2020, les acquéreurs de résidence principale à Nantes ont en moyenne 32 ans. Ils sont 53 % à acheter en couple, avec enfants (à 71 %), et 47 % à acheter seuls. Les acheteurs gagnent en moyenne 3 900 € net mensuel et présentent un apport de 52 400 €. Le prix du bien visé, à 81 % dans l'ancien, est en moyenne de 298 000 €.

"A l'échelle nationale, les acheteurs de résidence principale ont été préservés en 2020 : sur fond de resserrement des critères d'octroi, les banques ont privilégié ce type de projet, qui est considéré comme prioritaire" observe Pierre Chapon, président de Pretto.

Ainsi, l'indice de finançabilité des acheteurs de résidences principales, sur l'ensemble de la région Pays-de-la-Loire est de 67 points, légèrement inférieur à l'indice de finançabilité national (73 points en 2020).

Sous l'effet du confinement au printemps 2020, Nantes a également vu arriver des Parisiens désireux de s'éloigner de la région francilienne. La ville bénéficie d'un dynamisme économique fort et les opportunités d'emploi sont nombreuses. De plus, les banques régionales offrent de très belles conditions de financement aux Parisiens achetant leur résidence principale à Nantes, et qui ont conservé leur travail dans la capitale grâce au télétravail
Thibault Papin, Directeur commercial de Pretto Nantes

Un apport de 30 000 € pour les investissements locatifs, proche de la moyenne nationale

L'investisseur locatif à Nantes - données Pretto
L'investisseur locatif à Nantes - données Pretto
A la suite des recommandations du Haut Conseil à la Stabilité Financière en décembre 2019, l'accès au crédit des investisseurs immobiliers s'est fortement durci. Ainsi, l'indice de finançabilité des investissements locatifs en 2020 est de 47 points à l'échelle nationale et de 49 points en Pays-de-la-Loire. Seul 1 projet d’investissement locatif sur 2 a pu être financé.
En 2020, l'investisseur locatif achète à 55 % seul à Nantes et à 45 % en couple avec enfants. Il est plus âgé que l'acheteur de résidence principale : 35 ans en moyenne. Le revenu mensuel net du foyer s'élève à 5 200 €. Le prix moyen du bien acheté est de 213 000 €, avec un apport de 31 000 €, proche de la moyenne nationale (30 000 €). L'achat est à 81 % réalisé dans l'ancien.

"Désormais il n'est plus possible de s'endetter à 45 ou 50 % pour un investissement locatif. Les banques demandent plus d'apport et regardent de près l'épargne de précaution mise de côté en cas d'imprévu" explique Pierre Chapon.

Les Franciliens, premiers acheteurs de résidences secondaires dans la région

Les acheteurs de résidence secondaire en région Pays-de-la-Loire - données Pretto
Les acheteurs de résidence secondaire en région Pays-de-la-Loire - données Pretto
Enfin, nous nous sommes intéressés aux achats de résidences secondaires dans la région Pays-de-Loire en 2020. En effet, à l'échelle nationale, leur part dans l'ensemble des projets immobiliers a connu une hausse, poussée par le confinement du printemps dernier.

A l'échelle de la région Pays-de-la-Loire, la part d'acheteurs de résidence secondaire a aussi connu une légère hausse, de 4,1 % à 4,4 %. Au niveau national, la finançabilité atteint les 45 points, 42 points dans la région.

Les banques sont plus prudentes et demandent à ce que l'acquéreur de résidence secondaire soit déjà propriétaire de sa résidence principale, avec un taux d'endettement en dessous de 33 % après opération. Cependant, elles proposent de belles conditions de financement aux profils présentant des revenus conséquents, tels que les acheteurs en provenance d'Ile-de-France
Thibault Papin, Directeur commercial de Pretto Nantes

Les Franciliens constituent la première source d'acheteurs de résidence secondaire dans la région. Ils représentent 38,3 % des achats de ce type de projet en Pays-de-la-Loire.

Description de l'image

Les acheteurs de résidence secondaire en Pays-de-la-Loire ont en moyenne 44 ans. Ils sont 31 % à acheter seuls, contre 69 % à acheter en couple avec enfants. Le revenu mensuel s'élève à 5 830 € mensuels nets et l'apport est de 56 000 €. Le prix du bien visé, à 79 % dans l'ancien, est en moyenne de 244 000 €.

Perspectives 2021 pour les acheteurs de la région : les taux immobiliers restent bas en ce début d'année

Désireuses de continuer de prêter, les banques poursuivent leur politique de taux bas. Ainsi, les taux moyens dans la région Pays-de-la-Loire sont de 0,91 % sur 15 ans, 1,09 % sur 20 ans et 1,34 % sur 25 ans - identiques aux taux à l'échelle nationale (0,91 %, 1,09 % et 1,34 % sur les mêmes durées).

Pour aller plus loin : Les taux de janvier 2021

Les meilleurs taux sont de 0,78 % sur 15 ans, 0,93 % sur 20 ans et 1,12 % sur 25 ans - assez identiques à ceux sur le plan national (0,78 %, 0,92 % et 1,11 % sur ces mêmes durées d'emprunt).

Qui dit début d'année, dit nouveaux projets immobiliers. Les banques sont dans une volonté de prêter afin de relancer leur activité : ces taux bas, proches de niveaux historiques de fin 2019, sont sans surprise. Ils s'accompagnent d'un assouplissement des recommandations du HCSF, notamment sur le taux d'endettement maximum qui passe de 33 à 35 %. Ce qui correspond à une hausse de 6 % de la capacité d'emprunt
Pierre Chapon, président de Pretto
Mis à jour le 19 janvier 2021
Partagez l'article
avatar
Chargée de Relations Presse
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !
cover Pretto