1. Accueil
  2. Actualités
  3. Crédit immobilier : des perspectives de reprise dès septembre 2022
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Crédit immobilier : des perspectives de reprise dès septembre 2022

Crédit immobilier : des perspectives de reprise dès septembre 2022

avatar
Pierre Chapon
Mis à jour le 05 oct. 2022
Crédit immobilier : des perspectives de reprise dès septembre 2022

Après une forte augmentation depuis le début de l’année, les taux restent orientés à la hausse en septembre 2022, mais à un rythme moins soutenu. Dans un contexte économique encore peu propice à une reprise franche, les établissements prêteurs font preuve de souplesse et d’anticipation pour permettre aux emprunteurs de concrétiser leurs projets. Des signaux encourageants sur le front du crédit, pour des emprunteurs encore légitimement inquiets sur leur capacité à obtenir un financement.

Depuis le début de l’année, les taux immobiliers ne cessent d’augmenter et la tendance ne s’inverse pas au mois de septembre 2022. Toutefois, la hausse des taux s’avère moins soutenue en septembre, laissant entrevoir des premières perspectives de reprise pour les tout prochains mois. Cette hausse contenue des taux constatée en septembre s’inscrit toujours dans un contexte économique et géopolitique incertain, notamment la forte inflation.

Au-delà du contexte actuel, la hausse des taux immobiliers observée en septembre s’explique également par un rattrapage des banques de région, qui continuaient à afficher des taux compétitifs, même lorsque les taux moyens augmentaient. En septembre, la majorité des acteurs du secteur bancaire communiquent des barèmes de taux stable ou en faible hausse, annonçant un avenir un peu plus radieux pour les emprunteurs les plus inquiets.

DuréeMeilleurs tauxTaux ordinairesTendance
10 ans1,41 %2,06 %
15 ans1,60 %2,21 %
20 ans1,76 %2,33 %
25 ans1,84 %2,29 %

Les banques en ordre de bataille pour financer plus de projets immobiliers

L’effet ciseau provoqué par la hausse des taux, d’une part, et le niveau du taux d’usure, d’autre part, exclut certains profils du crédit immobilier en 2022 et donc de l’accès à la propriété. C’est particulièrement le cas s’agissant des primo-accédants et des ménages les plus modestes. Néanmoins, les Français ont continué à investir dans l’immobilier, toujours considéré comme une valeur refuge par les emprunteurs. « De nombreux dossiers sont encore financés et ce, dans des conditions exceptionnelles puisqu’ils se font à un taux très inférieur à l’inflation, soit un taux réel négatif », constate ainsi Pierre Chapon, Président de Pretto.

Au mois de septembre, malgré des taux qui continuent d’augmenter, les banques sont déjà en ordre de bataille et n’hésitent pas à faire preuve de souplesse pour permettre aux ménages de trouver un financement viable pour leur projet immobilier.

Mieux, les banques semblent anticiper la future hausse du taux d’usure au 1er octobre 2022 et adaptent leur stratégie :

  • elles proposent des taux variables ou mixtes ;
  • elles modulent leurs outils informatiques afin de ne pas bloquer les dossiers légèrement usuraires, qui ne le seront plus après la hausse prévue au 1er octobre ;
  • dans certains cas, elles essaient également de proposer des barèmes de taux plus bas.

Cette capacité d’adaptation de la part des banques permet aux futurs emprunteurs de se projeter de manière plus sereine sur les prochains mois.

De nouvelles solutions proposées par les banques

Preuve de cet esprit de conquête du côté des établissements prêteurs, les banques se tournent vers de nouvelles solutions de financement : l’une d'elles est la relance des prêts à taux révisables capés, une dynamique jugée « très positive » par Pierre Chapon, Président de Pretto. Lors de la signature de l’offre de prêt, la banque propose un taux très attractif à l’emprunteur et ce taux est susceptible d’être revu à la hausse ou à la baisse au cours du contrat, en fonction de l'évolution des taux immobiliers. Néanmoins, le prêt à taux révisable capé promet une réelle sécurité étant donné qu’il limite la hausse du taux immobilier grâce au « cap » détaillé dans le contrat de prêt.

Face au contexte économique moins favorable par rapport aux années précédentes et un marché du financement qui s’est compliqué, ce sont les emprunteurs les mieux entourés qui pourront espérer contracter un prêt immobilier avec un taux plus compétitif ! Il est donc conseillé de solliciter les services d’un courtier immobilier. Ce dernier va mettre en œuvre son expertise du secteur pour aider les futurs emprunteurs à trouver le prêt immobilier le plus adapté à leur projet.

Alors que le contexte demeure plutôt incertain, la majorité des emprunteurs restent légitimement inquiets quant à leur capacité d’emprunt afin de concrétiser leur projet immobilier. Il est d’autant plus important de porter à leur connaissance ces premiers « signaux encourageants qui apparaissent sur le front du crédit », conclut Pierre Chapon.

Sur le même sujet