Actualités

Financement participatif immobilier : tout ce que vous devez savoir

70 % des Français privilégient l’immobilier pour placer leurs économies. Vous avez envie de faire fructifier votre épargne et ce secteur vous attire ? Aujourd’hui, découvrez le financement participatif immobilier, un nouveau type de placement, qui attire de plus en plus d’investisseurs. Quel est l’intérêt de ce mode de financement ? Comment fonctionne-t-il ? Et comment pouvez-vous investir ? Nous répondons à toutes vos questions dans cet article !

Le crowdfunding immobilier : qu’est-ce que c’est ?

 

Le secteur de l’immobilier représente 18 % de la valeur ajoutée en France et 8 % de l’emploi total. Il constitue même la moitié des investissements nationaux. Rien que le chiffre d’affaire de la promotion immobilière s’élève à 33 milliards d’euros. Il a donc une place centrale dans notre économie.

La France fait toutefois face à une pénurie de logements depuis quelques années. Et pour absorber la demande croissante, les promoteurs immobiliers doivent accélérer leur rythme de production, ce qui leur demande davantage de fonds propres. Le financement participatif immobilier vient répondre à ce besoin

En tant que particulier, vous pouvez choisir de prêter une partie de votre épargne à des opérateurs immobiliers (promoteurs ou marchands de biens), pour les aider à financer certains projets. Ces prêts représentent toujours une partie du financement des projets immobiliers, jamais la totalité. Vous investissez aux côtés de banques, qui sont les créanciers majoritaires. Les promoteurs immobiliers ou les marchands de biens vous remboursent ensuite avec des intérêts, selon les termes prévus dans le contrat de prêt.

Le financement participatif immobilier : comment ça marche ?

Il existe deux grandes familles de projets immobiliers. Tout d’abord, les projets en VEFA (Vente en l’Etat Futur d’Achèvement), ce qui correspond à la vente sur plan : l’opérateur achète un terrain foncier pour y réaliser des travaux et vend les lots sur plan au fur et à mesure de la construction. Deuxième catégorie : les projets d’achat ou de revente. L’opérateur acquiert un bien dans le but de le céder à court terme pour réaliser une plus-value, généralement en effectuant des travaux.

Ces deux types d’opérations demandent un financement conséquent, que ce soit pour acquérir le bien en question ou pour réaliser des travaux. Elles sont majoritairement financées par un crédit immobilier (entre 60 % et 90 % du financement du projet). Il faut ensuite que le promoteur ou le marchand de biens complète ce crédit avec des fonds propres, qui seront immobilisés pendant toute la durée du projet.

Pour éviter que cette contrainte budgétaire ne soit un frein à leur développement ou pour améliorer leurs rendements par effet de levier, les opérateurs peuvent choisir d’utiliser une plateforme de prêt participatif immobilier pour financer une partie de ces fonds propres. Ainsi, ils peuvent déployer leurs fonds propres sur davantage de projets pour accélérer leur développement.

Des emprunts obligataires

Pour pouvoir financer ces fonds propres, l’opérateur a recours à un emprunt obligataire. Il s’agit d’une émission de titres de prêts, appelés obligations, dont le taux d’intérêt et la durée sont définis au préalable.

Les contributeurs financent le projet en acquérant des obligations. Lorsque l’objectif de la collecte est atteint, l’opérateur reçoit l’intégralité des fonds, qu’il remboursera par la suite.

Quels sont les taux d’intérêt ?

Les taux d’intérêts sont définis après une analyse du projet par des experts de chaque plateforme de financement participatif. Les taux varient généralement de 8 % à 12 %, selon le niveau de risque de chaque opération.

Il existe 5 principaux types de risques analysés par les différentes plateformes :

  • Commerciaux
  • Techniques
  • Administratifs et juridiques
  • Financiers
  • Liés à l’opérateur

Les plateformes de financement participatif immobilier

Pour investir votre épargne dans un prêt participatif immobilier, vous devez passer par une plateforme qui propose ce type de services, comme le site de crowdfunding Lendopolis, filiale du groupe KissKissBankBank & Co. Ils sélectionnent des projets sur la base de critères stricts avant de proposer aux particuliers d’investir.

La part de fonds propres financée via ces plateformes (ou tout autre type de financement externe) est appelée quasi fonds propres ou financement mezzanine. Elle intervient après la dette bancaire et est remboursée aux prêteurs après les institutions bancaires présentes dans l’opération.

Quels bénéfices pour les prêteurs ?

Si vous souhaitez faire fructifier votre épargne, le crowdfunding immobilier peut vous apporter des bénéfices intéressants. Tout d’abord, les taux d’intérêt proposés sont assez attractifs et peuvent ainsi vous permettre de dynamiser votre épargne.

Aussi, si vous avez déjà investi dans des placements financiers dans d’autres secteurs, l’immobilier peut être une diversification intéressante pour votre portefeuille. En investissant dans différents secteurs, vous mutualisez également les éventuels risques. Une règle d’or : ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier !

En termes d’investissement immobilier, il est aussi important de diversifier vos placements. Vous pouvez choisir différentes localisations, mais aussi différents types de projets (des bureaux, des logements ou encore des commerces). Enfin, vous pouvez faire varier la nature des projets dans lesquels vous investissez : promotion, aménagement, lotissement, restructuration, etc. A vous de choisir les projets qui vous plaisent !

Nous espérons que vous y voyez plus clair dans le crowdfunding immobilier, maintenant c’est à vous de jouer !

Découvrez le guide de l'acheteur

Soyez prêt pour votre premier achat immobilier.
Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !

Merci !

Le Guide de l'achat immobilier vous attend dans votre boîte mail.

À bientôt !

cover ebook Pretto