1. Accueil
  2. Actualités
  3. 2021, de meilleures conditions de financement ?
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. 2021, de meilleures conditions de financement ?
2021, de meilleures conditions de financement ?
2021, de meilleures conditions de financement ?

Vive 2021 ! Les assouplissements du HCSF annoncés fin 2020, combinés à des taux qui restent bas, laissent présager un bon début d'année pour les emprunteurs en quête d'un prêt immobilier.

2021, nous voilà ! Laissons derrière nous 2020, et ses conditions d'octroi durcies. Le 17 décembre 2020, le Haut Conseil à la Stabilité Financière (HCSF) a décidé d'apporter quelques assouplissements à ses recommandations de 2019.

Désormais, le taux d'endettement maximum est fixé à 35 % (et non plus 33 %) et pour l'achat dans le neuf, la durée d’emprunt maximale passe de 25 à 27 ans (en incluant le différé). Enfin, les banques voient leur marge de manœuvre progresser de 5 % : elles pourront déroger à ces critères pour soutenir les emprunteurs jusqu'à 20 % - et non plus 15 %.

En introduisant un peu plus de souplesse, le HCSF facilite le retour d’une partie des emprunteurs exclus du marché en 2020. Ces assouplissements s’accompagnent d'une politique très volontaire des banques qui souhaitent relancer leur activité en 2021

Pierre Chapon, président de Pretto
Un point qui se confirme effectivement : en janvier 2021, les taux moyens sont de 0,90 % sur 15 ans, 1,09 % sur 20 ans et 1,34 % sur 25 ans. Ils se rapprochent ainsi fortement des taux historiquement bas de fin 2019. A cette période en effet, ils étaient de 0,91 % sur 15 ans, 1,07 % sur 20 ans et 1,35 % sur 25 ans.

Une capacité d’emprunt en hausse de 6 %

Ces nouvelles recommandations vont ainsi vous permettre, futurs emprunteurs, d'obtenir une capacité d'emprunt en hausse de 6 % en moyenne, grâce à l’augmentation du seuil d’endettement de 33 à 35 %.

Exemple
En 2021, un couple avec 4 000 € nets mensuels pourra emprunter 347 000 € sur 25 ans à 1,57 % (taux ordinaire) à 35 %, contre 327 000 € en 2020 à 33 % d’endettement. Les mensualités passeraient de 1 320 € à 1 401 €. Soit une capacité d’emprunt supplémentaire de 20 000 €

Ces recommandations sont bien entendu une bonne nouvelle pour les ménages qui étaient bloqués à 33 % ou juste en-dessous, ainsi que les investisseurs. C’est aussi la fin d’une forme d’auto-censure de leur part, de crainte de ne pas obtenir un prêt. En revanche, cela ne signe pas le retour des profils sans apport sur le marché” précise Pierre Chapon.

Pour aller plus loin : Les emprunteurs en 2020
Pour les emprunteurs concernés par l’achat dans le neuf (sur 27 ans) et en tenant compte du différé, la capacité d’emprunt passerait à 370 000 €, soit une hausse de 13 % de celle-ci (environ 40 000 €).

En parallèle, les banques mettent de plus en plus en place des montages comme les prêts à palier ou les lissages de prêt afin d’optimiser l’endettement des emprunteurs et leur permettre de rester sous la barre des 35 %.

Nous avons déjà répercuté une partie des recommandations dans le simulateur Pretto, en particulier sur l'ajustement de notre courbe d'endettement maximale. Nous attendons encore des précisions sur les critères d'évaluation par banque, chaque établissement ayant ses spécificités. Nous pourrons ensuite les intégrer très rapidement dans notre système. Nous nous attendons à ce que la majorité de nos partenaires ajustent ces paramètres dans le mois : les banques souhaitent relancer leur production commerciale en ce début d'année
Ismail Bouzelfen, Directeur Partenariats Banques chez Pretto
A noter
Les recommandations de décembre 2020 sont amenées à devenir contraignantes à l'été 2021

Prudence des banques sur quelques dossiers

Bien que les conditions d'octroi se soient quelques peu assouplies, le risque Covid n'est pas encore écarté : “Nous faisons l’hypothèse que l’épidémie va continuer à exister début 2021, et que le plein effet des vaccins ne sera que fin 2021” déclarait François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France sur France Inter le 14 décembre 2020.

Par conséquent, de nouveaux confinements pourraient être décrétés, mais surtout les effets de la crise sur certains secteurs pourraient se faire véritablement sentir en 2021. Certaines banques étudient avec une vigilance renforcée les dossiers de salariés - même en CDI - de certains secteurs jugés comme les plus à risques, comme la restauration, le tourisme ou l’aéronautique.

Les acteurs du financement immobilier sont rôdés aux confinements, les banques parviennent à traiter les dossiers à distance. La véritable incertitude de cette année est le chômage, qui pourrait avoir un impact fort sur les projets immobiliers des Français, notamment ceux des ménages modestes
Pierre Chapon, président de Pretto
L’incertitude de la reprise de l’économie, de la hausse du chômage et l’ombre du Covid-19 avec un possible reconfinement, inciteront à la prudence les banques qui continueront de financer des profils stables en ce début d’année.
Mis à jour le 11 janvier 2021
Partagez l'article
avatar
Chargée de Relations Presse
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !
cover Pretto