Attention aux clauses des contrats Airbnb et Abritel

L’association des consommateurs a été claire là-dessus, des acteurs de la location de vacances à l’instar d’Airbnb et Abritel ont recours à des contrats remplis de clauses abusives voir illégales.

Zoom sur ces différentes clauses qu’il faut pointer du doigt et qui doivent être modifiées !

Le principe Airbnb et Abritel

Airbnb et Abritel sont des plateformes qui donnent la possibilité aux internautes de proposer une chambre, un appartement ou une maison ; et de chercher un bien à louer dans l’emplacement de leur choix : ville/région/pays. Sur ces plateformes, chaque usager dispose d’un profil, avec photo et informations de base pour permettre de voir ses goûts et ses exigences. Sous le profil, on pourra aussi voir les avis et les commentaires d’autres personnes qui ont déjà été en relation avec l’hébergeur ou le voyageur. Comme tous les sites de location de vacances, quand le contrat est conclu, le locataire et l’hôte doivent remplir une fiche d’évaluation concernant les avantages de l’hébergement ou encore le profil du voyageur.

Les frais de location peuvent varier d’un bien à un autre. Mais ces plateformes prélèvent des frais à chaque transaction ainsi que le prix défini par l’hébergeur. Ce dernier sera aussi obligé de laisser un pourcentage de ses recettes à Airbnb ou Abritel. Il est à noter que lors d’une réservation, l’hôte doit répondre dans un délai de 24h tout au plus pour valider la réservation. Ensuite, vous sélectionnez un mode de paiement et rentrez vos données confidentielles. Votre compte ne sera débité que lorsque la réservation sera confirmée.

Quelles sont les différentes clauses abusives visibles ?

Aujourd’hui, la plateforme Airbnb comporte pas moins de 45 clauses abusives et Abritel, 23 en termes de location de logements entre particuliers. C’est un nombre record qui met les plateformes sur une mauvaise position et qui risque de faire fuir les utilisateurs. Bien évidemment, ces plateformes sont populaires, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut leur vouer une confiance aveugle. Il faut rester vigilant lors de l’acceptation des Conditions Générales d’Utilisation.

Un manque de lisibilité

Dans certaines conditions générales d’utilisation, le consommateur n’a pas forcément accès à toute la documentation. Certains écrits peuvent ne pas être clairs pour lui, ce qui le poussera à accepter la location ou la réservation sans en savoir plus. Le manque de lisibilité des informations est un réel frein pour le consommateur qui n’a pas d’autre choix que d’accepter. Pourtant, derrière cela, il y a sûrement des lignes qui ne sont pas à son avantage. Airbnb et Abritel doivent revoir ce manque de lisibilité qui entrave la conclusion du contrat de location.

La présence de frais cachés

Généralement Airbnb et Abritel ne prélèvent qu’une commission lors de la réservation d’une villa, d’un appartement ou d’un studio. Cela est stipulé clairement sur la plateforme, outre les frais prélevés par carte bancaire. Pourtant, en validant les conditions générales, le consommateur peut accepter de se faire prélever des frais connexes. Cette clause est forcément abusive, car il n’y a pas attente du consentement de la personne. En plus de cela, les frais prélevés n’ont ni fondement ni objectifs si ce n’est que de profiter à ces sites de locations de vacances.

Des excès juridiques

Les conditions générales d’utilisation Airbnb prévoient des excès juridiques qui mettent le consommateur dans une position délicate. Juridiquement parlant, certaines clauses sont du côté des plateformes. C’est-à-dire que ces sites se dégagent de toute responsabilité si vous des requêtes, des plaintes, ou dans le cas d’une annulation. Aussi, le consommateur n’aura pas droit à une indemnisation dans le cas où le contrat est interrompu brusquement par l’hébergeur. En somme, Airbnb ou Abritel ne sont pas responsables des dommages directs.

L’usage des données personnelles

L’utilisation des données personnelles est passible d’une action en justice. À partir du moment où les conditions stipulent clairement qu’il y a la protection des données personnelles, les plateformes n’ont pas le droit de déroger à cette règle. Pourtant, au vu du nombre important de personnes qui réservent, il est normal que ces sites collectent beaucoup de données personnelles. Ils s’autorisent même l’usage de ces informations en dehors de la plateforme, à des fins commerciales.

L’usage de liens hypertextes

Les liens hypertextes sont nombreux dans les conditions d’utilisation Airbnb ou Abritel. Ils sont parfois émis en anglais pour que le consommateur puisse encore plus s’y perdre. L’objectif est donc que le consommateur s’attarde le moins possible sur ces notions et qu’il accepte rapidement les conditions générales d’utilisation. Il n’aura donc pas le temps de peser le pour et le contre, mais acceptera à la va-vite ces clauses illicites.

Des notions floues

Les notions floues sont similaires au manque de lisibilité. Quand le consommateur voit des notions non claires sur le contrat, il est tenté de passer au paragraphe suivant sans savoir que cette clause peut lui porter préjudice. Ces plateformes ne respectent donc pas l’avis du consommateur.

Nous pouvons donc dire que ces clauses visent à protéger les plateformes de réservation d’hébergement et non le consommateur lui-même. L’association des consommateurs oblige Airbnb et Abritel à modifier les termes de leur contrat sous peine d’être sanctionnés par la loi. Nous verrons bien ce qui se passera par la suite !

Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !