Quel avenir pour le crédit immobilier en ligne ?

D’abord Boursorama Banque en 2010 puis ING, Fortuneo Banque, Bforbank et bientôt Monabanq, le crédit immobilier en ligne est en passe de devenir un indispensable de l’offre des banques en ligne. Mais plus qu’un effet de mode, il semblerait que cette nouvelle manière de concevoir le crédit soit parti pour durer. En effet, dans un contexte où le client a toujours plus de pouvoir, les emprunteurs Français peuvent dorénavant obtenir une proposition de financement concrète en seulement quelques minutes. Quels avantages ? Inconvénients ? Et surtout le crédit immobilier en ligne peut-il s’imposer dans un marché ultra-compétitif ? Sans plus attendre, découvrons ce que celui-ci a dans le ventre.

Qu’est-ce qu’un crédit immobilier en ligne ?

Si historiquement le crédit est le point faible des banques en ligne, cela n’est objectivement plus le cas aujourd’hui. Car oui, les banques en ligne ont en moyenne déjà une bonne dizaine d’années au compteur ! Pour satisfaire leur clientèle durement gagnée à coups d’offres promotionnelles (souvent), le crédit immobilier est vu par ces acteurs comme le produit fidélisant par excellence. L’équation entre modèle économique des banques en ligne et besoins de la clientèle a accouché d’un produit qui possède globalement les caractéristiques suivantes :

  • Rapidité de souscription : à condition de connaître son dossier (revenus, dettes, caractéristiques du bien visé, etc.), le crédit immobilier en ligne permet d’obtenir une proposition concrète de financement en seulement 15 minutes. Bien entendu, celle-ci est soumise à la validation des divers justificatifs demandés, mais recevoir une offre de TAEG sérieuse en aussi peu de temps, c’est une des grandes caractéristiques de ce type de crédit.
  • L’absence de négociation : le modèle des banques en ligne fonctionne sur le productivisme. En d’autres termes, la négociation “à l’ancienne” avec un banquier est perçue comme une perte de temps et une source de contrainte. Pour cette raison, le taux proposé est directement le “meilleur” en stock compte tenu du profil de la demande et il n’est même pas obligatoire de recourir à un conseil humain. Ceux-ci sont bien entendu disponibles en cas de besoin, mais le rôle des conseillers est plutôt dans l’accompagnement du client que dans la négociation.
  • Des offres globalement compétitives : TAEG souvent plus bas que la moyenne du marché, sans frais de dossier ou avec des avantages concrets comme l’absence d’indemnités de remboursement anticipé (sauf rachat par la concurrence) ou le transfert de prêt (avec ING), les banques en ligne savent que pour exister dans ce marché très compétitif, une offre moyenne ne suffirait pas…

Toutefois, pour toutes ces qualités, le crédit immobilier pâtit d’une relative jeunesse au niveau de l’offre. C’est-à-dire que si les besoins les plus demandés comme l’achat d’une maison ou d’un appartement sont naturellement couverts, la situation risque de se compliquer si des travaux sont à effectuer ou que l’usage du bien est prévu dans une optique de défiscalisation.

Pourquoi les banques en ligne en font-elles un axe de développement majeur ?

À cause du climat actuel de taux bas, les banques gagnent de moins en moins d’argent sur leur activité historique d’intermédiaire financier. En effet, dans des temps “normaux”, les banques empruntent de l’argent dans des conditions très intéressantes auprès des banques centrales, de leurs clients (via les livrets d’épargne) ou encore des marchés financiers pour ensuite le revendre à un taux plus élevé sous forme de crédits, notamment immobiliers. Or, si le taux de ces derniers est compressé vers le bas, c’est toute la chaîne de valeur qui s’en trouve impactée. Les banques gagnent donc moins d’argent ! Alors, pourquoi un tel intérêt des banques en ligne pour un produit qui n’est plus aussi rémunérateur ? Le crédit immobilier remplit en fait un double objectif à la fois d’acquisition et de fidélisation des clients.

  • Acquisition : renégocier son crédit immobilier est un moyen qui a fait ses preuves pour de nombreux emprunteurs afin d’économiser des milliers d’euros. La demande est donc là ! De plus, que ce soit pour un premier crédit ou une renégociation, les emprunteurs choisissent naturellement l’établissement le moins cher, sans autre forme de procès. Sachant que la demande d’emprunt est à un niveau extrêmement élevé, les banques en ligne ont par conséquent une occasion en or pour se montrer…
  • Fidélisation : si la plupart des banques exigent la domiciliation des revenus à la souscription d’un crédit immobilier (une manière très efficace d’augmenter le taux de fidélisation !), ce n’est généralement pas le cas des banques en ligne. Mais sans aller jusqu’à cette extrémité, le crédit immobilier est un produit qui fidélise par nature. Parce qu’il permet généralement de concrétiser des projets à forte valeur émotionnelle et sur de longues durées, le lien entre le client et la banque s’en retrouve d’autant renforcé. Indéniablement, il y a aussi un effet pratique à regrouper toutes ses finances au même endroit. C’est pourquoi que ce soit sous une forme contrainte ou non, toutes les banques savent bien que vendre un crédit immobilier, c’est au minimum garder une relation client pendant quelques années. Ce qui laisse largement le temps aux banques en ligne de promouvoir leurs services différenciants... C’est donc pour cette raison que, faute de domiciliation obligatoire des revenus, les emprunteurs doivent tout de même ouvrir un compte courant, par ailleurs le plus souvent 100% gratuit.

Et puis de manière plus prosaïque, peut-on vraiment se définir comme une “vraie” banque sans proposer de crédit immobilier ? L’ajout du crédit immobilier dans l’offre des banques en ligne s’inscrit donc dans le fil de l’histoire. Histoire qui par ailleurs a tendance à se répéter puisque l’absence de crédit immobilier est un procès qui est fait aux banques mobiles (N26, Orange Bank, Bunq, etc…), ces nouvelles banques dont le terrain de jeu est d’abord le mobile.

Le crédit immobilier en ligne rencontre-t-il son public ?

Si les banques en ligne gardent précieusement leurs données clients, quelques indices laissent supposer que le crédit immobilier en ligne est en train de s’imposer. ING confirme par exemple une augmentation de ses encours de crédit de 70% en 2018. Or, l’offre de crédit personnel n’a été lancée que courant 2018, ce qui laisse supposer que le prêt immobilier se taille la part du lion. Autre indice qui joue en faveur du crédit immobilier, Fortuneo Banque indique que près de la moitié de sa clientèle domicilie ses revenus dans la banque en ligne. Or, le prêt immobilier est un moteur de domiciliation très fort… D'autant plus que la recette marche. Avec Boursorama Banque, ce sont plus de 25% des crédits souscrits qui sont réalisés 100% en ligne, sans la moindre intervention d’un conseiller. Des chiffres difficilement imaginables il y a une dizaine d’années… Toutefois, aussi révélateurs soient-ils, ces chiffres restent à relativiser compte tenu de la taille de ce marché. En effet, porté par un contexte de taux très bas depuis de nombreuses années, les Français ne se sont jamais autant endettés puisque l’encours total des prêts immobiliers a dépassé la barre des 1 000 milliards d’euros à la fin de l’année 2018 ! Dans ces conditions, communiquer sur un volume d’encours en croissance à deux chiffres d’une année sur l’autre paraît être un minimum… D’ailleurs, sur ce volume d’encours, il est permis de penser que moins de 1% du volume soit la propriété des banques en ligne. Au final, il n’empêche qu‘une dynamique semble bien être en faveur du crédit immobilier en ligne. C’est en tout cas ce que laisse supposer l’outil Google Trends qui donne une indication du volume de requêtes des internautes. Or, en tapant “Prêt immobilier Boursorama”, nous obtenons une tendance claire à la hausse.

Le grand public penserait-il de plus en plus à regarder du côté des banques en ligne ?

En tout cas, si le crédit immobilier en ligne est encore loin de s’être imposé dans les foyers, il est permis de croire que son heure de gloire est encore à venir…

Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !