1. Accueil
  2. Actualités
  3. Top 6 des tendances immobilières du déconfinement
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Top 6 des tendances immobilières du déconfinement
Top 6 des tendances immobilières du déconfinement
Top 6 des tendances immobilières du déconfinement

Le quotidien des ménages est paralysé depuis plus d’un an déjà mais l’heure du déconfinement a enfin sonné. Focus sur les 6 nouvelles envies suite à la levée de certaines restrictions gouvernementales.

1. L’envie de rompre la solitude

De nombreuses envies sont nées depuis le confinement. La première en date est celle de réinventer sa façon de vivre. De nouveaux modes de vie voient le jour, davantage propulsés par les confinements répétés. Co-living ou encore colocation, ces termes ne vous semblent pas totalement familiers et pourtant ce sont deux modes de vie en vogue.

Coliving et colocation : deux modes de vie au vent en poupe

Finis les coups de blues du dimanche soir ou encore les Uber Eats en tête à tête avec la dernière série Netflix à la mode, la solitude a eu raison de vous. Le confinement a changé vos envies et pourquoi pas sauter le pas de la colocation. Partager le même logement permet de diminuer les frais et d’augmenter la convivialité. Le coliving, à mi-chemin entre la colocation et le coworking est également une bonne alternative.

Cela consiste à partager une habitation meublée qui se décompose en espaces privatifs et communs. En plus de lutter contre la solitude, ce mode de vie permet en partie de faire des économies : comptez 850 euros par mois contre 1000 euros pour un appartement meublé à Paris. Certains services annexes tels que la salle de sport peuvent cependant faire accroître la facture. “Seul, je n’aurais pas pu envisager de prendre un appartement meublé, le coliving m’a permis de combiner mon envie d’espace, d’indépendance, de convivialité… et mon budget.” nous confie Matthieu, étudiant en informatique.

2. L’envie de se mettre au vert

Espaces verts : l’appel des résidences secondaires

Bien que 3 Français sur 4 rêvaient déjà de s’installer à la campagne avant le premier confinement, le constat est sans appel : les espaces verts continuent d’attirer les ménages. Certains optent pour une résidence secondaire dans le but d’y passer un week-end ou pour pouvoir télétravailler. D’autres se mettent au vert définitivement en déménageant de la ville à la campagne et transforment leur résidence secondaire en résidence principale. “J’allais souvent dans ma résidence secondaire en Nouvelle-Aquitaine mais le confinement m’a donné envie de m’y installer définitivement." souligne Patricia, une acheteuse de Charente-Maritime.

D’après notre dernière étude sur le Top 6 des régions les plus recherchées par les Français, nous apprenons que la demande des résidences secondaires a évolué de 30 % par rapport à 2019. Une autre étude sur les régions les plus recherchées par les Franciliens montre tout particulièrement leur intérêt : leurs demandes ont augmenté de 176% par rapport au début de l’année 2020.

3. L’envie de se rapprocher de ses proches

Des liens renforcés suite à la crise sanitaire

Les confinements et les différentes limitations kilométriques nous ont fait prendre conscience des choses essentielles. La première, et pas des moindres, est l’importance de passer du temps avec nos proches. D’après un sondage réalisé par l’Officiel du déménagement, 50 % des Français interrogés ont déclaré vouloir déménager pour se rapprocher de leur famille ou de leurs amis. “Le confinement m’a fait revoir mes priorités. Avant, je voyais mes proches environ une fois par mois, j’ai donc décidé de me rapprocher de ma région natale : la Normandie”, déclare Sophie, une acheteuse caennaise.

4. L’envie de changer son organisation de travail

Avec la fermeture de leurs locaux, les entreprises ont dû changer leurs habitudes et repenser la façon de travailler de leurs employés. Le télétravail, plébiscité par le gouvernement, a été le mot d’ordre. Cette organisation de travail plus flexible a donné envie aux Français de partager par exemple leur semaine entre la campagne et la ville, d’aménager leur intérieur ou encore de transformer leur pièce de vie en salle de sport.

Télétravail : un mode de travail plus flexible

Pratiquer le télétravail : c’est l’adopter ! “Le télétravail est une libération psychologique." affirme la philosophe Julia de Funès. En effet, de nombreux ménages profitent du télétravail pour pouvoir jongler entre ville et campagne. Un grand nombre d’entre eux possèdent une résidence secondaire, ce qui leur permet de trouver leur propre équilibre. A contrario, pour ceux qui ne possèdent pas de résidence secondaire et qui télétravaillent depuis leur résidence principale, aménager leur bureau ou en créer un est devenu primordial.

De plus, il est prouvé que faire du sport améliore la productivité, de nombreux Français ont également transformé leur intérieur en salle de sport. Le but étant de s’accorder des pauses entre leurs réunions. Le phénomène Home Gym est de plus en plus mis en avant, phénomène qui consiste pour les particuliers à utiliser leur mobilier pour réaliser des mouvements de fitness.

5. L’envie d’épargner pour acheter un bien

Epargne et auto-entrepreneuriat : un combo pas toujours gagnant

Décidé à donner des cours de yoga ? De cuisine ? Ou tout simplement d’exercer une nouvelle activité pour vous apporter un complément de revenus ? Bien que l’envie d’épargner soit forte, certains statuts ne permettent pas d’augmenter votre capacité d’emprunt aux yeux de la banque. En effet, être auto-entrepreneur depuis moins de 3 ans ne vous permet généralement pas d’augmenter votre capacité d’emprunt car il faut justifier de revenus stables entre 3 à 5 ans au moins pour emprunter. En somme, vos compléments de revenus peuvent contribuer à votre épargne et intéresser la banque mais cela n’aura pas d’incidence sur le montant que vous pourrez emprunter.
Vous pouvez toujours calculer en ligne le montant des mensualités de votre crédit juste ici .

6. L’envie de prendre des distances avec son partenaire

😲 Info insolite

Le saviez-vous ? 10% des Français souhaitent prendre leurs distances avec leur partenaire.

Vie de couple et vie immobilière

Après trois confinements passés, de nombreux ménages s’interrogent sur leur couple. Après le premier confinement et selon l’IFOP, 4% des personnes interrogées envisageaient de se séparer, ce qui a engendré des conséquences sur l’achat d’un bien en commun. “Avec mon ex-mari, nous avions acheté ensemble un bel appartement dans les Hauts-de-Seine mais étant très attachée à ce bien, j'ai décidé de racheter sa part afin d'y rester avec mes deux enfants...”, explique Inès fraîchement séparée de son conjoint.

Quelle corrélation entre la vie de couple et la vie immobilière ? L’un ou l’autre partenaire peut décider de rester dans le logement avec accord commun, pour permettre à leurs enfants de ne pas perdre leurs repères ou préserver le patrimoine En revanche, la partie restant dans le bien doit être capable de racheter les parts de son ex-conjoint : avec de l’épargne ou un crédit immobilier. Mais il peut arriver aussi qu’aucune des deux parties ne puisse rester dans le logement pour des raisons financières, dans ce cas le bien est remis en vente sur le marché. Petit conseil, si vous êtes dans ce cas, pensez à réaliser plusieurs estimations de prix.

Le déconfinement apporte un vent de fraîcheur et donne de nouvelles envies aux Français. De la ville à la campagne, il n’y a qu’un pas ! Et vous, cela vous a donné de nouvelles envies ?

Mis à jour le 11 juin 2021
Partagez l'article
avatar
Chargée de contenus
Découvrez le guide de l’acheteur
Soyez prêt pour votre premier achat immobilier. Tous nos conseils sont réunis dans un ebook gratuit !
cover Pretto